Monde

Cinq personnes tuées dans de nouvelles violences en Irak

Cinq personnes, dont deux miliciens  anti-Al-Qaïda, ont péri vendredi lors de nouvelles attaques perpétrées en Irak,  un mois avant des élections provinciales, a-t-on appris auprès de sources  médicales et sécuritaires.    Des hommes armés ont abattu Hussein Musleh, un chef local des Sahwa (Le  réveil, en arabe), une milice qui combat Al-Qaïda, et deux de ses fils près de  leur maison dans le village d’al-Joumhouriya, situé au nord de Bagdad.    Un autre membre des Sahwa a été abattu par des assaillants équipés d’armes  munies de silencieux dans la province de Diyala, également au nord de la  capitale irakienne.    Les Sahwa ont été formés en 2006, au plus fort du conflit confessionnel,  sous la houlette de chefs tribaux dans les régions sunnites. Ils continuent à  lutter contre Al-Qaïda, notamment en érigeant des points de contrôle et en  patrouillant dans les zones sensibles.    Mais ils sont également la cible des insurgés sunnites. Depuis le début du  mois, 19 d’entre eux ont été tués dans des violences.    Par ailleurs, un civil a été tué vendredi dans la ville de Balad, à 70 km  au nord de Bagdad, dans l’explosion d’une bombe magnétique fixée sur son  véhicule.    Si elle continue d’ensanglanter l’Irak de manière quotidienne, la violence  n’a aujourd’hui plus grand chose à voir avec les niveaux qu’elle atteignait au  plus fort du conflit religieux, entre 2006 et 2008.    C’est dans ce contexte que doivent avoir lieu des élections dans 12 des 18  provinces irakiennes le 20 avril prochain. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close