En direct

Conférence sur la Syrie: Damas dit refuser tout "diktat"

     Le régime syrien et ses alliés refusent  tout "diktat" imposé dans la perspective de la conférence de paix  internationale proposée par Washington et Moscou, a affirmé le vice-ministre  des Affaires étrangères, en référence notamment au départ du président Assad  réclamé par l’opposition.    "La Syrie n’acceptera aucun diktat et ses amis ne l’accepteront pas non  plus", a affirmé Fayçal Moqdad dans un entretien mardi soir avec la chaîne  officielle syrienne Al-Ikhbariya. La Russie et l’Iran sont les principaux  alliés du pouvoir à Damas.    Mardi, le ministre syrien de l’Information Omrane al-Zohbi avait déjà exclu  toute discussion sur le sort du président Bachar al-Assad, estimant que cette  question était du ressort "du peuple syrien et des urnes", en référence à la  présidentielle de 2014 en Syrie.    L’opposition syrienne a posé le départ de M. Assad comme une condition sine  qua non pour tout plan visant à sortir de la crise.    Dans l’interview, le vice-ministre a renvoyé la balle aux parrains de  l’opposition, notamment l’Arabie saoudite, la Turquie et le Qatar.    "La réussite de toute conférence internationale (…) en vue de parvenir à  une solution politique à la crise actuelle est liée à la bonne foi de ceux qui  soutiennent le terrorisme", c’est à dire la rébellion selon le discours  officiel syrien, a indiqué M. Moqdad.    "L’arrêt du terrorisme et de la violence est un facteur essentiel pour  l’arrêt de la crise", a-t-il ajouté.    La guerre en Syrie a fait plus de 94.000 morts selon l’Observatoire syrien  des droits de l’Homme, ainsi que 4,2 millions de déplacés et plus de 1,4  million de réfugiés selon l’ONU

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!