En direct

Constitution tunisienne: "un acquis historique" pour le chef d'Ennahda

 La future Constitution tunisienne, qui doit  faire l’objet d’un vote d’adoption, est un "acquis historique" qui permettra de  fonder la première démocratie arabe, a estimé vendredi dans un communiqué le  chef du parti islamiste Ennahda.    La Constituante a achevé jeudi, après trois semaines de débats tendus,  l’examen article par article de la Constitution mais elle doit encore adopter  le texte par une majorité des deux-tiers pour qu’il puisse entrer en vigueur.  La date de ce vote n’a pas été annoncée.    Le dirigeant du parti majoritaire Rached Ghannouchi a salué cette étape, y  voyant "un acquis historique, parmi les meilleures constitutions au monde".    "Nous en sommes à une étape avancée du processus de transition (vers la  démocratie) il ne reste plus qu’à adopter officiellement ce document historique  et à fixer la date des prochaines élections", a-t-il ajouté.    "Il faut être fier de ce qui a été réalisé et traduire cela par des  élections mettant fin au provisoire et aboutissant à faire de la Tunisie la  première démocratie arabe", a relevé M. Ghannouchi.    L’examen de la loi fondamentale a été ralenti par une multitude de  controverses si bien qu’elle n’a pas été adoptée comme promis par la classe  politique pour le 14 janvier, 3e anniversaire de la révolution.    La finalisation de la constitution doit permettre de parachever la sortie  de la crise politique provoquée fin juillet 2013 par l’assassinat par balles  d’un député de gauche.    Par ailleurs, un nouveau gouvernement d’indépendants dirigé par Mehdi Jomaâ  doit être formé d’ici samedi, Ennahda ayant accepté de quitter le pouvoir pour  laisser la place à un cabinet d’indépendants jusqu’aux prochaines législatives  et présidentielle courant 2014. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!