En direct

Crash du vol Ouagadougou-Alger : confirmation des défaillances techniques de l'avion

L’expertise judiciaire sur le crash de l’avion affrété par Air Algérie, survenu le 24 juillet 2014 au Mali qui avait fait 116 morts, a confirmé vendredi à Paris les défaillances techniques du DC-9-83 de Swiftair, révélées en avril dernier par le du Bureau d’enquêtes et analyses (BEA).

        Le rapport de l’expertise judiciaire, présentés devant une centaine de parties civiles reçues par les deux juges d’instruction, a confirmé « dans les grandes lignes les investigations précédentes » et est « assez cohérent » avec les conclusions du BEA, ont indiqué Me Bertrand Courtois et Me Sébastien Busy, qui représentent l’association de victimes AH5017 Ensemble.

        L’avocat Courtois a ajouté que des compléments d’investigations étaient « nécessaires », relevant que des questions se posent sur la formation des pilotes et l’information des compagnies par les constructeurs.

        Les conclusions du rapport du BEA, autorité française d’enquêtes de sécurité de l’aviation civile, avaient fait état que le système antigivre n’a pas été activé par les pilotes, relevant qu’aucun problème n’a été signalé par l’équipage lors de ses contacts avec les contrôleurs aériens d’Ouagadougou et de Niamey et aucun message de détresse n’a été reçu par les centres de contrôle.

        L’accident résulte de la combinaison des événements suivants : la non-activation des systèmes d’antigivrage des moteurs, l’obstruction des capteurs de pression, la réaction tardive de la part de l’équipage à la diminution de vitesse, l’absence de réaction de la part de l’équipage à l’apparition du buffet, du vibreur de manche et de l’alarme de décrochage et l’absence d’actions adaptées sur les commandes de vol pour sortir d’une situation de décrochage, avait résumé le rapport.

       Selon toujours Me Courtois, les juges ont précisé que toutes les pistes étaient ouvertes et rien n’était tranché.

        Le vol 5017 d’Air Algérie affrété auprès de la compagnie espagnole de leasing Swiftair avait décollé, rappelle-t-on, le 24 juillet 2014 à 0h45 (heure locale) de l’aéroport international d’Ouagadougou à destination de l’aéroport Houari-Boumediene d’Alger avec 116 personnes à son bord. Une heure après, Air Algérie avait annoncé avoir perdu le contact alors que l’appareil survolait le Mali. 

        L’avion s’était écrasé dans le nord du Mali, dans la région de Gossi, avec 110 passagers à bord, dont des Algériens, des Français, des Burkinabè, des Libanais et six membres d’équipage, tous Espagnols.

        Air Algérie avait indiqué que l’avion n’était pas loin de la frontière algérienne quand on a demandé à l’équipage de se dérouter à cause d’une mauvaise visibilité et pour éviter un risque de collision avec un autre avion assurant la liaison Alger-Bamako, ajoutant que le signal a été perdu après le changement de cap.

 

Afp

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close