Culture

Création à Alger d’un centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Afrique

La création prochaine à Alger d’un Centre régional pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel est un hommage à toute l’Afrique, bastion de l’aventure humaine, a affirmé vendredi à Paris la ministre de la Culture, Khalida Toumi.

"Ce Centre est dédié à l’Afrique car nous voulons rendre hommage à notre continent et à son patrimoine culturel qui plonge ses racines dans les profondeurs de la plus haute Histoire", a déclaré la ministre lors de la cérémonie de signature de l’accord avec la Directrice générale de l’Unesco, Irina Bokova.

Pour Mme. Toumi, l’hommage désigne précisément les communautés, groupes et individus qui ont su perpétuer et sauvegarder pour le bien de l’humanité les joyaux des créations humaines souvent en faisant face aux pires conditions de survie faites de misères, de famines, de pathologies endémiques, de sous-développement structurel, de traite des esclaves et de colonisation dévastatrice.

"Il est aujourd’hui grand temps d’entreprendre des politiques de réparation de ces ‘injustices historiques’ qui ont longtemps grevé l’affirmation de la culture africaine. L’Humanité ne peut se concevoir sans l’intégration au monde des patrimoines culturels africains, il y a va de l’honneur de l’humanité", a-t-elle dit, dans une allocution lue à l’occasion, signalant que l’aventure humaine a commencé en Afrique et qu’il ne fallait pas qu’elle s’y termine.

Mme Toumi a affirmé, à cette occasion, l’engagement de l’Algérie à faire tout pour participer aux réflexions et actions visant à dresser les inventaires, à effectuer des travaux d’études et de recherche, à conserver, à sauvegarder, a revivifier le patrimoine culturel immatériel africain tout en le mettant en valeur.

Placé sous la tutelle du ministère de la Culture, le Centre de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel africain devrait mener, sous l’égide de l’Unesco et en concertation et dialogue avec les pays du continent, des politiques et déployer des actions pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel en Afrique.

Il aura notamment à élaborer des inventaires d’identification, d’enregistrement, d’étude, de recherche, de publication et de diffusion du vaste patrimoine culturel africain.

Aps

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *