EconomieAlgérie

Crédits bancaires : Bureaucratie à défaut de banquiers qui évaluent les risques !

Algérie – Pourquoi les banques traînent-elles la patte pour accorder des crédits. Notamment pour les agriculteurs qui ne demandent qu’à s’investir dans la terre ?

Parmi les constats d’acteurs : le manque de formation des banquiers.  Ce qui explique, selon ces deniers, les parcours du combattant qu’ils tracent devant les énergies qui se présentent à leurs guichets.

Ainsi, la réponse par la bureaucratie est la parade que ces fonctionnaires dressent pour cacher ce déficit. “Au lieu, donc, d’y remédier par la formation, on préfère innover dans les formules bloquantes. De celles qui à l’usure, feraient  perdre son sang froid à une statue”.

Résultat : 3 millions d’hectares de terres agricoles en Algérie ne sont pas exploitées !

Lire aussi : Terres agricoles : Bouinane, des experts expliquent ce scandale

“Former les banquiers à l’évaluation des risques”

“Une banque qui prête ne doit plus le faire uniquement sur la base des garanties disponibles”. C’est ce que préconise Raif Mokretar Karroubi, Expert Financier International, au micro de la radio nationale. Pour lui « un bon projet peut ne pas avoir de garanties”.

Mais comment concrétiser cela ? Pour l’expert “il faut mettre dans les banques des instruments de scoring.  Il faut former les banquiers algériens à l’évaluation des risques”.

 

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!