Monde

Crise diplomatique France/Maroc: "La balle est dans le camp français"(ministre)

En réaction, Rabat a suspendu la coopération judiciaire avec Paris, réclamant une révision de fond en comble.

"La balle est dans le camp français. (…) Nous ne pouvons reprendre la coopération sécuritaire entre les deux pays tant que l’autorité marocaine n’est pas protégée", a déclaré Mme Bouaida, dans un entretien au quotidien L’Economiste.

D’après le journal, la "révision de tous les accords et conventions (…) pour clarifier nombre de zones d’ombre est acquise". "Paris a donné son feu vert mais des problèmes internes retardent ce processus", avance L’Economiste.

Mi-octobre, le président français François Hollande avait affirmé sa volonté de "dépasser toutes les difficultés". Fin juillet, le Premier ministre Manuel Valls s’était dit prêt à se rendre "dans les prochaines semaines" à Rabat pour tenter de mettre un terme aux tensions, qui rejaillissent de manière sporadiques.

Le mois dernier, le Maroc, une destination touristique, s’était ainsi ouvertement agacé de sa présence dans une liste officielle de 40 pays où les ressortissants français étaient appelés à une "vigilance renforcée", en raison des menaces jihadistes.

Le ministre marocain de l’Intérieur, Mohammed Hassad, avait dénoncé une décision "totalement incompréhensible" et une "injustice".

L’appel à la "vigilance" pour les voyageurs français a depuis été élargi à l’ensemble des pays du monde. 

Avec deux millions de visiteurs, les Français constituent le premier contingent de touristes au Maroc, symbole des liens étroits entre les deux pays. Paris est le premier partenaire économique du royaume. Plus d’un million de Marocains vivent en France et quelque 80.000 Français au Maroc.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!