PolitiqueAlgérie

Crise au FLN: Ould-Abbès sur la corde raide

Algérie – Le secrétaire général du Front de libération nationale (FLN) est de nouveau sous pression. Des cadres du FLN demandent la tenue d’une session extraordinaire du Comité central du parti. Ils dénoncent notamment le refus de Djamel Ould-Abbès de tenir cette réunion qui devait avoir lieu depuis au moins le mois de mars dernier.

Dans les mouhafadhates du FLN, c’est le branle-bas de combats. Des cadres influents du Comité central se réunissent depuis quelques jours à Alger pour convaincre un maximum de membres de cette instance suprême entre deux congrès de se réunir le plus tôt possible en session extraordinaire. Selon des indiscrétions, 330 membres sur les 490 que compte le Comité central ont déjà signé la pétition qui oblige Ould-Abbès à convoquer la réunion. Le nombre n’est pas encore suffisant pour obliger le secrétaire général à réunir le Comité central. Les statuts du Vieux parti indiquent que ¾ des membres du Comité central, soit 368 personnes, peuvent convoquer une session extraordinaire de leur instance.

Selon certains membres du Comité central, une fois le nombre atteint, la pétition sera remise à Ould-Abbès, seul habilité à convoquer directement cette rencontre. Dans le cas contraire, la liste sera remise au ministère de l’Intérieur. Ce qui donne droit aux membres du Comité central de se réunir sans le feu vert du Secrétaire général.

Lire aussi : Ould Abbes: Le FLN demande un 5e mandat de Bouteflika

La réunion extraordinaire du comité central devra aborder tous les sujets d’actualité. Y compris la possibilité de déchoir Ould-Abbès de son poste de secrétaire général. Outre le fait que ce dernier n’a pas convoqué de session ordinaire du Comité central, prévue pour le mois de mars passé, les militants reprochent à l’ancien ministre de la Solidarité de « jouer en solo » sur la question de la présidentielle. Certains cadres estiment même que “personne n’a mandaté Ould-Abbès” pour parler du 5ème mandat d’Abdelaziz Bouteflika.

Pour l’instant, Djamel Ould-Abbès et ses proches sont murés dans le silence. Lors d’une récente sortie publique, il a juste promis que la réunion du Comité central, qui ne s’est pas tenue depuis octobre 2017 alors qu’elle doit avoir lieu tous les 6 mois, « aura lieu au plus tard au mois de mai ». Rendez-vous pris donc.

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!