Monde

Crise malienne : L’ONU veut un dialogue immédiat entre Bamako et les groupes armés

   "C’est maintenant qu’il faut entamer des négociations de paix", a martelé M. Ladsous devant le Conseil de sécurité qui examinait le renouvellement du mandat de la Mission de l’ONU au Mali (Minusma).

   Depuis l’accord de Ouagadougou de juin 2013 entre le gouvernement malien et les rebelles touareg, a souligné M. Ladsous, "le gouvernement et les groupes armés ont fait peu de progrès vers un dialogue réel et substantiel".

   L’Algérie, qui fait office de médiateur dans ce conflit, a estimé lundi que les mouvements armés du nord du Mali étaient prêts à dialoguer avec Bamako mais ce dialogue ne s’est toujours pas concrétisé malgré les déclarations d’intention de part et d’autre.

   Devant le Conseil, le ministre malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop a réaffirmé que Bamako "a choisi la paix" malgré les combats meurtriers de la mi-mai à Kidal (nord) entre forces maliennes et des groupes armés touareg.

   "Le gouvernement du Mali demeure plus que jamais animé par le souci constant de réconcilier les Maliens", a-t-il dit. "Le Mali est disposé à envisager (…) tout mécanisme de sortie de crise efficace".

   Evoquant la Minusma, dont le mandat doit être renouvelé à la fin juin, M. Ladsous a confirmé devant le Conseil l’intention de l’ONU de déployer des drones de surveillance au Mali "afin de renforcer les capacités de reconnaissance de la Minusma et de lui permettre de protéger les civils et son personnel". AFP

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *