En direct

D’anciens Hittistes devenus hommes d’affaires recherchés

  • Les personnes poursuivies en justice pour fraude fiscale ont raconté le travail de coulisse pour la préparation des registres de commerce des sociétés d’import-export et de la manière avec laquelle sont choisi les associés, les préparatifs préalables de toutes les opérations depuis l’établissement du registre de commerce et jusqu’à l’implication de certains notaires dans leurs agissements. Ils ont raconté la manière avec laquelle ces entreprises et sociétés ont réussi grâce à l’ignorance de leurs associés. Un citoyen de Tébessa, ayant un niveau d’étude primaire, a été victime d’une arnaque lorsque une de ses proches qui prétendait lui chercher un poste de travail, lui demande de préparer un dossier complet. La victime raconte qu’il avait signé  un contrat d’une société d’import-export devant un notaire à Hussein Dey, tout en croyant signer un contrat de travail, comme lui avait fait croire sa fiancée qui l’avait quitté quelques temps après. Celui-ci a attendu son soit disant poste de travail pendant dix mois, et quand il a reçu une convocation, c’était au commissariat de police pour non paiement des impôts qui s’élèvent à 3 milliards de centimes. Il s’est avéré qu’il était patron d’une société d’import-export qui importe à coups de milliards de dinars de produit alimentaires, pendant que lui faisait paître des chèvres et attendait son poste de travail comme agent de sécurité que sa fiancée lui avait promit. Il écopera de 3 années de prisons fermes pendant que sa pseudo fiancée et ses acolytes ont bénéficié de tout l’argent de la société.
  • Un autre homme de Tiaret a été, lui aussi poursuivi en justice pour fraude fiscale, victime de son ignorance comme le premier, il a été exploité par son associé qui l’a désigné gérant de la société à son insu. « J’ignorait les dettes qui se sont accumulées et me suis retrouvé redevable de 17 milliards de centimes ».
  • Des dizaines de cas pareilles de fraude fiscale sont traités par les tribunaux d’Alger dans lesquelles des personnes sont exploitées à cause de leur ignorance dans l’établissement des registres de commerce.
  •  
  • Hani Chaker, le sétifien : de porteur à…recherché pour 70 milliards
  • La wilaya de Sétif vient en tête dans les affaires de location des registres de commerce qui a pris de l’ampleur. Les sétifien se rappelle avec beaucoup d’humour et d’étonnement aussi, l’histoire de ce jeune porteur « Hani Chaker » qui s’est retrouvé devant la justice pour fraude fiscale et non paiement de ses impôts qui s’élevaient à 70 milliards de centimes.
  •  
  • Mohammed, un SDF, présentant des troubles psychologiques pour cause de consommation de différentes sortes de comprimés anxiolytiques, se voit appréhendé par des agents de police qui le présentent au procureur de la république. Celui-ci lui fait savoir qu’il devait aux impôt la modique somme de 10 milliards de centimes.
  •  
  • Ennahar/ Moussa Bounira

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!