PolitiqueMonde

Début de la conférence sur la Libye à Paris

La conférence internationale sur la Libye organisée par la France sous les auspices de l’Onu s’est ouverte mardi à Paris en présence des quatre principaux acteurs d’une crise politique qui s’éternise, 7 ans après la chute de Mouammar Kadhafi.

Le Premier ministre Fayez Seraj, l’homme fort de l’est du pays le maréchal Khalifa Haftar, le président de la chambre des représentants Aguila Salah Issa et le président du Conseil d’Etat Khaled al Mishri sont arrivés à l’Elysée dans la matinée, précédés par l’envoyé spécial de l’Onu, Ghassan Salamé.

La période “impose des décisions, la capacité à rassembler et une volonté de réconcilier en laissant le peuple souverain s’exprimer”, a dit Emmanuel Macron au début de son entretien avec le Premier ministre libyen. “Je crois que votre rôle depuis le début et les responsabilités que vous avez pu prendre à chaque étape ont été décisives”.

Au total, une vingtaine de pays – les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni et Russie), l’Italie, l’Allemagne, les Pays-Bas, l’Egypte, le Tchad, le Niger, le Congo, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, les Emirats arabes unis, le Qatar, l’Arabie saoudite, le Koweït, la Turquie et Malte – et quatre organisations internationales (Union européenne, Onu, Union africaine et Ligue arabe) devaient être représentés à Paris.

Dix mois après la réunion de la Celle-Saint-Cloud, qui avait réuni les deux frères ennemis libyens, la France espère avec cette nouvelle initiative diplomatique insuffler une nouvelle dynamique en vue de la tenue en toute sécurité des élections présidentielle et parlementaire d’ici la fin de l’année.

commentaires

commentaires

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!