Sports

Déploiement de force israélien à El Qods

  •    Les forces de sécurité israéliennes ont limité l’accès pour les hommes à l’esplanade des Mosquées de Jérusalem, troisième lieu saint de l’islam, aux fidèles âgés d’au moins 50 ans, titulaires d’une carte d’identité israélienne, en ce vendredi proclamé "journée de la colère" par le Hamas.
  •   "Ils m’ont dit : recule, ou tu vas te faire frapper", raconte Ihab, 14 ans, vêtu d’un keffieh, refoulé par les policiers israéliens en faction aux portes de la Vieille ville.
  •    "On sait que c’est interdit mais on voulait essayer", explique Mounir, 18 ans, un autre de ces jeunes qui longent la muraille à la recherche d’une brèche dans le dispositif israélien.
  •    Une fois les remparts franchis, les forces de sécurité israéliennes occupent toutes les intersections.
  •    "Nous sommes paralysés, nous ne pouvons rien dire", affirme Rami, un jeune commerçant barbu de 25 ans coiffé d’une capuche, interrogé sur les moyens dont disposent les habitants de Jérusalem-est et de Cisjordanie pour protester contre les frappes israéliennes qui ont fait plus de 400 morts dans la bande de Gaza.
  •    "Il y a des milliers de policiers", estime son collègue, devant son étal de télécommandes et de portefeuilles.
  •    A quelques mètres, une vieille femme entonne des slogans de solidarité avec Gaza, un cri tellement isolé qu’il suscite des sourires de commisération parmi l’assistance.
  •    "J’espère qu’il y aura au moins des manifestations à la fin de la prière parce que ce qui se passe à Gaza est un crime", confie Abbas Mahmoud, 50 ans, un chapelet à la main.
  •    "Comment nous faire entendre? Israël a des avions, nous n’avons rien, ni avions ni chars", déclare Ibrahim Hassouna, 60 ans, venu du camp de réfugiés de Shouafat à Jérusalem-est pour prier sur l’Esplanade.
  •    Massés devant tous les accès au lieu saint, policiers et gardes-frontières israéliens aux radios crépitantes appliquent strictement les consignes et repoussent sans ménagement les mécontents.
  •    Après une série de bousculades, un début d’échauffourée éclate. Un homme d’âge mûr et deux jeunes sont interpellés.
  •    La tension retombe au moment de la prière, à laquelle participent près de 3.000 fidèles. Empêchés d’atteindre l’Esplanade, d’autres se prosternent à même le pavé.
  •    Peu après, quelques dizaines de femmes voilées sortent de la Vieille ville par la porte de Damas. "Par notre âme, par notre sang, nous nous sacrifions pour toi, ô Gaza!", "Vengeance!", scandent les manifestantes.
  •    En tête de cortège, l’une d’elles est rapidement encerclée par la police, qui lui confisque un drapeau vert du Hamas, avant de la laisser rejoindre la procession.
  •    "Je hais Israël et ce peuple terroriste", déclare-t-elle à la presse après avoir ressorti un étendard identique. Elle est de nouveau entourée et embarquée de force dans un fourgon de police.
  •    Une autre femme, apparemment victime d’un malaise, est évacuée sur une civière, avant la dispersion de la manifestation.
  •    A travers la Cisjordanie, soumise à un bouclage total de 48 heures, des milliers de personnes ont défilé contre l’offensive israélienne, encore loin de la mobilisation souhaitée par le Hamas.
  •    
  • AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!