En direct

Des descendants rendent hommage à la communauté juive du Cap-Vert

  
   Une poignée de descendants de la  petite mais influente communauté juive du Cap-Vert doivent se rendent  prochainement dans l’archipel ouest-africain pour honorer la mémoire de leurs  ancêtres et leur patrimoine unique.    Jeudi prochain, ils inaugureront la sépulture où sont enterrés les juifs  dans le cimetière municipal de Praia, la capitale de l’archipel. Longtemps  négligée, elle a été restaurée avec l’aide financière du roi du Maroc.     "Connaître mon passé est très important pour moi, cela me procure un  sentiment de continuité", a déclaré à l’AFP John Wahnon, dont le grand-père et  l’arrière grand-père ont immigré au Cap-Vert au 19e siècle, venant de  Gibraltar. L’homme de 71 ans a immigré aux Etats-Unis quand il était jeune  adulte, un pays qui abrite désormais près d’un demi-million de personnes  d’origine capverdienne.    A quelque 570 kilomètres au large du continent africain, les 10 îles du  Cap-Vert — point de passage maritime entre l’Europe et l’Amérique du Sud —  étaient inhabitées quand elles ont été colonisées par le Portugal au 15e siècle.    Plusieurs centaines de juifs du Maroc sont arrivés au 19e siècle, ils ont  commencé par faire du commerce et ont été ensuite affectés à des postes  gouvernementaux en composant avec la majorité catholique.    "Pour le Cap-Vert, la communauté juive était peut-être peu nombreuse, mais  elle était influente en matière de développement économique", a expliqué Carol  Castiel, une journaliste de Washington qui dirige un projet sur le patrimoine  juif du Cap-Vert.   "Ce sont des familles qui ont eu un impact démesuré sur le développement du  Cap-Vert, qu’il s’agisse des Wahnon, des Benoliel, des Benro, des Cohen, et  c’est un chapitre qui n’a pas été écrit", a-t-elle poursuivi.    Sans donner de chiffres, Mme Castiel a expliqué que le roi du Maroc avait  été "un grand bienfaiteur" dans la campagne de financement pour restaurer le  carré juif du cimetière de Praia.    "Pensez-y: voici un monarque bienveillant musulman qui contribue à honorer  l’héritage juif dans un pays majoritairement catholique", se réjouit Mme  Castiel, qui a découvert le Cap Vert dans les années 1980.    A l’avenir, elle explique que le projet du patrimoine juif du Cap-Vert  espère restaurer d’autres lieux d’inhumation juifs et poursuivre ses recherches  historiques.   
   

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!