En direct

Des quartiers de Damas mitraillés par les hélicoptères, tirs dans le centre

Des hélicoptères sont entrés pour la  première fois en action à Damas, mitraillant des quartiers dans la nuit de  lundi à mardi, et de nouveaux affrontements opposaient armée et rebelles, selon  une ONG et des témoins.    Par ailleurs, les insurgés contrôlaient la ville de Talbissé dans le centre  du pays, selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH).    Depuis dimanche soir, les combats dans la capitale, qualifiés de "tournant"  par l’opposition dans la révolte lancée il y a 16 mois contre le régime du  président Bachar al-Assad, se déroulent dans plusieurs quartiers périphériques,  notamment à Midane, proche du centre-ville.    Ce quartier "a été la cible de tirs d’obus de mortier mardi et des combats  opposaient rebelles et troupes régulières", selon l’OSDH. Une grosse fumée  noire était visible mardi au-dessus du quartier de Midane, selon des témoins.   Selon un militant qui se fait appeler Abou Moussab et déclare se trouver  sur place, "l’armée a essayé de pénétrer dans Midane mais les (rebelles) de  l’Armée syrienne libre (ASL) l’ont stoppée. Donc les soldats ont intensifié les  bombardements".    "Ils tirent sur tout et viennent de détruire la mosquée Ghazwat Badr",  a-t-il ajouté faisant état de nombreux blessés et "du manque de médecins pour  les soigner". "Le régime (d’Assad) qui s’effondre devient fou", assure-t-il.    Par ailleurs, dans la nuit de lundi à mardi, le quartier de Qaboun (est) a  été visé par des tirs "depuis des hélicoptères" tandis que des combats se sont  déroulés dans les quartiers de Aassali, Hajar el-Aswad et Qadam (sud), selon la  même source.    Selon un militant à Qaboun qui se fait appeler Omar, "les troupes de Bachar  al-Assad ont tenté de prendre d’assaut le quartier mais le secteur a été  farouchement défendu par l’ASL".    "Ils ont bombardé les transformateurs de courant dans le quartier après  minuit", a-t-il ajouté indiquant que les blessés n’ont pas pu être évacués en  raison de la présence de tireurs embusqués.    A Jaramana, dans la banlieue sud-est, des habitants ont entendu des tirs  nourris lundi soir, jusqu’à minuit. Ils ont entendu également à l’aube le bruit  d’hélicoptères.     Toutes ces informations n’ont pu être confirmées par l’AFP car les  journalistes ne peuvent se rendre sur place.    Par ailleurs, "des rafales d’armes automatiques sont entendues" mardi au  coeur même de Damas, sur la place Sabeh Bahrat, ont affirmé des témoins à l’AFP.    Selon eux, "des membres de la sécurité, armés de kalachnikovs, couraient  sur cette place" où se trouve le siège de la Banque centrale. D’autres tirs  étaient entendus également rue de Bagdad, grande artère à proximité de cette  place.    La répression et les combats ont fait 149 morts lundi, dont 82 civils, 41  soldats et 26 rebelles, selon l’OSDH. Le bilan le plus lourd a été enregistré  selon cette ONG dans la ville de Hama (centre), où 33 civils ont péri dans des  tirs et des combats dans le quartier de Hamidiyé.    Les rebelles ont annoncé lundi soir dans une vidéo avoir pris le contrôle  de Talbissé, une ville de la région de Homs proche de la frontière libanaise.  L’OSDH a indiqué mardi que les insurgés ont réussi à contrôler "tous les postes  de sécurité" dans cette ville longtemps bombardée par les forces régulières.    L’Armée syrienne libre (ASL), composée de déserteurs et de civils armés, a  indiqué lundi soir avoir lancé une opération d’envergure, baptisée "le volcan  de Damas et les séismes de Syrie".     Elle a affirmé avoir commencé à attaquer "toutes les stations et les postes  de sécurité dans les villes et dans les campagnes pour provoquer des combats  violents (avec les forces régulières) et les appeler à se rendre".
 
 
 

Algerie – ennaharonline

   
 

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *