Monde

Deux italiennes enlevées en Syrie de retour dans leur pays

L’avion qui ramenait Greta Ramelli, 20 ans, et Vanessa Marzullo, 21 ans, de Turquie a atterri à l’aéroport militaire de Ciampino près de Rome vers 04h00 (03h00 GMT).

Accueillies par le ministre italien des Affaires étrangères Paolo Gentiloni et en l’absence de leurs proches, elles sont descendues de l’avion sans aucune effusion, arborant de pâles sourires, la tête baissée, sans faire de déclaration.

Elles devaient ensuite subir un bilan de santé et être rapidement entendues par le parquet antiterrorisme de Rome, qui a ouvert une enquête sur leur enlèvement.

La présidence du conseil italien avait annoncé jeudi en fin d’après-midi par un tweet que les deux jeunes femmes étaient "libres".

"C’est le résultat d’un intense travail d’équipe de l’Italie", s’était peu après réjoui le ministère des Affaires étrangères, tandis que le président du Sénat Pietro Grasso, qui assure l’intérim depuis la démission mercredi du président Giorgio Napolitano, a fait part de son "soulagement".

"J’éprouve une joie immense: c’est une nouvelle que j’attendais depuis longtemps", a déclaré Salvatore Marzullo, père de Vanessa, dans le restaurant qu’il tient à Verdello, près de Bergame (nord) et où il attendait un appel de sa fille, a rapporté l’agence AGI.

La nouvelle a cependant provoqué une polémique, après que des médias étrangers s’appuyant sur des tweets de jihadistes ont évoqué le paiement d’une forte rançon. Ce serait "un scandale", a martelé le chef de la Ligue du Nord, Matteo Salvini.

M. Gentiloni doit s’expliquer à 13h00 (12h00 GMT) devant les députés, ont annoncé les médias italiens.

    

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *