Monde

Disparition d'un avion Air France avec 228 personnes à bord

  •    "Le plus vraisemblable est que l’avion a été foudroyé", a déclaré le directeur de la communication d’Air France François Brousse. Il s’agirait de la plus grave catastrophe pour la compagnie aérienne française, et l’une des plus meurtrières de ces dernières années dans le monde.
  •    L’avion transportant 216 passagers dont sept enfants et un bébé, et douze membres d’équipage, "est entré dans un zone orageuse avec de fortes perturbations qui ont provoqué des dysfonctionnements", et a envoyé un message faisant état d’une "panne de circuit électrique" à 02H14 GMT, selon la compagnie.
  •    Une source aéroportuaire a indiqué que l’Airbus A330 avait disparu lundi matin des écrans de contrôle alors qu’il survolait l’Atlantique.
  •    Air France a déclaré avoir "le regret d’annoncer être sans nouvelle du vol AF 447 assurant la liaison Rio-Paris" et "partager l’émotion et l’inquiétude des familles concernées".
  •    L’Airbus A 330, parti dimanche de Rio à 19H00 locale (22H00 GMT), devait se poser lundi à 11H10 heure de Paris (09H10 GMT) à l’aéroport de Roissy.
  •    Il n’y a plus "aucun espoir", a déclaré à l’AFP une source aéroportuaire. Dans un "dernier message, le commandant de bord annonçait des turbulences, et après le contact a été perdu", a ajouté la même source.
  •    "Il y avait globalement sur la zone des perturbations tropicales puissantes. Ce sont des appareils habilités à ce genre de conditions, mais il doit y avoir une accumulation de circonstances", a également déclaré le ministre de l’Ecologie et de l’Energie, Jean-Louis Borloo, ajoutant que l’hypothèse d’un détournement "était clairement écartée".
  •    Un avion militaire français a quitté Dakar pour tenter de localiser l’Airbus disparu, a-t-on appris auprès de l’ambassade de France au Sénégal.
  •    De son côté, l’armée de l’air brésilienne a lancé tôt lundi matin des recherches à partir de l’île de Fernando de Noronha, au large de sa côte Nord-Est, en plein océan Atlantique, ont indiqué les autorités aéronautiques brésiliennes. Une cellule de crise a été mise en place à l’aéroport de Rio.
  •    Le président français Nicolas Sarkozy, qui devait se rendre dans l’après-midi au PC de crise à l’aéroport de Roissy, près de Paris, a exprimé sa "très vive inquiétude", et demandé au gouvernement et aux administrations concernées "de tout mettre en oeuvre pour retrouver la trace de l’avion".
  •    A Roissy, un message était diffusé à l’attention des proches des passagers: "nous demandons à toutes les personnes qui attendent les passagers du vol AF 447 de se présenter au comptoir à l’arrivée du terminal 2E".
  •    Parmi les 216 passagers, figurent 126 hommes, 82 femmes, sept enfants et un bébé, selon Air France. Cinq Italiens se trouveraient parmi les passagers, a indiqué lundi l’agence italienne Ansa, citant des sources aéroportuaires italiennes.
  •    Trois médecins marocains (une femme et deux hommes) se trouvaient à bord, selon une source proche du gouvernement à Rabat.
  •    Deux numéros d’urgence pour les familles ont été ouverts, dont un accessible depuis l’étranger: 00.33.1.57.02.10.55.
  •    Le ministère des Affaires étrangères a également activé son centre de crise.
  •    Le secrétaire d’Etat aux Transports, Dominique Bussereau, s’est rendu au PC de crise à l’aéroport de Roissy Charles de Gaulle, a annoncé à l’AFP son ministère.
  •    

  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close