EconomieAlgérie

Diversification de l’économie : Quelles options pour l’Algérie ? (FMI)

Algérie – Le redressement des cours de pétrole. Une dette publique relativement basse. Une dette extérieure négligeable et des réserves de change abondantes, Autant de facteurs permettant à l’Algérie de doper sa croissance. Et de renforcer graduellement ses finances publiques.

C’est ce qu’avance le Fonds monétaire international (FMI) dans son rapport d’évaluation de l’économie algérienne. Ainsi, le FMI indique que l’Algérie dispose toujours « d’une fenêtre d’opportunités » pour se défaire de sa dépendance au pétrole. Et ainsi, asseoir une économie diversifiée grâce à un dosage de politiques économiques qui concilie ajustement budgétaire et croissance.

Mais cela nécessitera, selon le Fonds, de recourir à un large éventail d’options de financements. Notamment l’émission de titres de dette publique au taux du marché, des partenariats publics-privés, des ventes d’actifs et d’emprunts extérieurs. Et ce, pour financer des projets d’investissements bien choisis.

Le prêteur en dernier ressort, évoque également un scénario alternatif pour la relance de la croissance en Algérie qui devrait résorber graduellement le déficit et ramener la dette publique à moins de 40% du Pib à moyen terme.

Ce scenario suggère, entre autres, l’arrêt du financement monétaire dès cette année. Le recours donc au financement monétaire restera limité dans le temps et les risques qui sont associés à ce mode financement non conventionnel seront gérés avec rigueur, relève le FMI en évoquant les détails de ces consultations avec les autorités à ce sujet.

Le gouvernement est convaincu que cette stratégie de financement est moins risquée que le recours aux emprunts extérieurs, et a expliqué au FMI que la Banque d’Algérie était en mesure de stériliser les liquidités injectées par le biais du financement monétaire et par conséquent contenir l’inflation.

A bien des égards, l’Algérie qui a subi l’ajustement structurel du FMI durant les années 1990 ne veut pas répéter l’expérience de recourir au financement international, dira en substance le FMI.

Lire aussi : Stratégie nationale d’exportation: présentation de la feuille de route au gouvernement en juin

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close