En directAlgérie

Driencourt : Le français, une ouverture pour les jeunes algériens sur l’Europe

Algérie – A l’occasion de la 24ème édition du Salon international du livre d’Alger (SILA), l’Ambassadeur de France en Algérie, Xavier Driencourt était présent, ce jeudi à la SAFEX, à un micro-tendu au Pavillon France.

Interrogé sur la langue française et la place qu’elle occupe en Algérie, M. Driencourt estime que « le français est une ouverture pour les jeunes algériens sur l’Europe et le monde méditerranéen ».

« Je les (Algériens) envie de parler deux langues. Il faut continuer comme cela, parce que l’arabe vous donne accès à toute la communauté orientale à laquelle l’Algérie se rattache, le français est une ouverture pour les jeunes algériens sur l’Europe et le monde méditerranéen. C’est une chance extraordinaire que vous ne mesurez pas ! », affirme-t-il.

En outre, l’Ambassadeur de France assure que l’Algérie est le premier pays avec lequel la France fait une coopération en matière de relations culturelles. « La coopération culturelle algéro-française est extrêmement dynamique et extrêmement variée », déclare M. Driencourt, révélant l’existence de projets concernant l’ouverture d’autres instituts en Algérie.

Par ailleurs, le chef de la représentation diplomatique française en Algérie révèle que 8 000 à 10 000 étudiants algériens partent chaque année en France pour poursuivre leurs études, un chiffre qui s’ajoute au stock d’étudiants algériens en Hexagone estimé à 35 000.

L’attaché culturel de l’Ambassade de France en Algérie, Grégor Trumel, était également présent à ce micro-tendu organisé au Pavillon France du Salon international du livre d’Alger.

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. Monsieur Driencourt ignore sans doute que les Algériens sont en fait souvent trilingues. Sans compter qu’ils n’ont pas besoin de conseils pour savoir ce qui fait leur chance.
    Ce propos de la part d’un homme politique me rappelle un autre homme politique, Michel BARNIER, qui a voulu étaler sa connaissance de l’Algérie lors d’un salon économique algérien en France, il y a plus de 15 ans, en chantant les louanges du « grand Maghreb uni » rattaché au monde arabe. Il ne savait pas que dans la salle, la plupart des spectateurs de son spectacle était berbérophones.

    Les politiques français sont d’une ignorance spectaculaire de ce qu’est l’Algérie, au point de confondre berbères et kabyle. Pour eux, berbères est synonyme de kabyle (bien sûr, les kabyle amazighans y sont pour quelque chose).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close