AlgérieSociété

Écrans : menace pour les cerveaux des enfants (étude )

Une étude américaine pointe des « tracés différents » dans les cerveaux des enfants utilisant des smartphones et les autres.Les premiers résultats, révélés par la chaîne CBS, sont pour le moins inquiétants…

Les Instituts nationaux américains de la santé (NIH) ont lancé une grande enquête dans 21 centres de recherche aux Etats-Unis, afin d’examiner d’éventuelles modifications des cerveaux des enfants longuement exposés aux écrans et déterminer si la consommation intense de jeux vidéo et le temps passé sur internet avait une influence sur leur développement.

En tout, les chercheurs ont examiné 4500 enfants de 9 et 10 ans et ont d’ores et déjà pu déduire que le cerveau de ceux qui passent beaucoup de temps sur les écrans apparaît modifié.

Un amincissement prématuré du cortex

Les premiers résultats de cette étude menée à l’aide d’imagerie par résonance magnétique (IRM) montrent des « tracés différents » dans les cerveaux des enfants utilisant des smartphones, des tablettes et des jeux vidéo plus de 7 heures par jour, a expliqué une responsable de cette étude, le docteur Gaya Dowling, au magazine d’information « 60 Minutes ». L’IRM a montré un amincissement prématuré du cortex, l’écorce cérébrale qui traite les informations envoyées au cerveau par les cinq sens.

L’amenuisement du cortex « est considéré comme un processus de vieillissement », a expliqué la scientifique, soulignant qu’il n’était pas certain que ce processus soit néfaste. « Nous ne savons pas si c’est causé par le temps passé devant les écrans. Nous ne savons pas encore si c’est une mauvaise chose. »

Selon une autre scientifique interviewée pour cette émission, le docteur Kara Bagot, le smartphone peut avoir un effet addictif car le temps passé devant un écran stimule le dégagement de dopamine, l’hormone du plaisir. Pour arriver à ces résultats, son équipe a scanné le cerveau d’adolescents alors qu’ils regardaient leur fil Instagram.

« Il y a donc plus de chance qu’on agisse impulsivement et qu’on utilise les réseaux sociaux de façon compulsive que, par exemple, s’occuper de soi », explique-t-elle.

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close