En direct

Egypte : 8 morts dans des affrontements au 1er jour du référendum, dispositif sécuritaire renforcé

Huit (8) personnes ont trouvé la mort et 7 autres ont été blessées par balles après que des individus armés ont ouvert le feu dans la ville de Souhague pour empêcher les citoyens d’accéder au lieu du référendum selon un bilan avancé par le ministère égyptien de la Santé.

"Huit personnes ont été tuées au premier jour du référendum, dont deux au gouvernorat du Caire, un jeune homme a été abattu lors d’une manifestation contre le référendum dans la ville de Nasr à Beni Suef, et un autre était mort d’un arrêt cardiaque alors qu’il faisait la queue pour voter dans le district Ain al-Seira ", a déclaré aux médias Dr Ahmed Kamel, porte-parole du ministère de la Santé.

Le ministère de l’intérieur a fait état de l’arrestation de 17 individus en possession de 4 fusils automatiques précisant que deux policiers ont été blessés par balles.

Grâce à l’intervention des forces de sécurité, la région a pu être sécurisée ainsi que le déplacement des citoyens vers les centres de vote.

Au moins une personne a été tuée mardi lors d’affrontements dans le gouvernorat égyptien de Beni Suef tandis que trois décès naturels ont été enregistrés dont un au Caire et deux au Gizeh, indique le ministère.

Un autre groupe qui tentait de perturber l’opération de vote dans la région d’Al-Marj (nord du Caire) a été mis hors d’état de nuire tandis qu’un affrontement entre près de 150 éléments des Frères musulmans dans certains centres de vote dans le gouvernorat de Béni Suef a fait un mort avant l’intervention des forces de l’ordre qui ont pu maîtriser la situation.

Selon le ministère égyptien de l’Intérieur, les forces de sécurité ont déjoué une tentative de plusieurs éléments de la confrérie des Frères musulmans d’entraver l’opération électorale dans plusieurs bureaux de vote à Al Mansouria et Nahia, à Kordassa (Al Gizeh). Les services de sécurité ont également arrêté 3 individus dans le gouvernorat d’Al Fayoum et 15 autres, à Souhadj, pour avoir brulé des pneus sur les routes menant à certains bureaux de vote.

Le ministère de l’intérieur qui a multiplié les patrouilles de sécurité a mis en garde contre "toute tentative d’entraver le déroulement du scrutin, d’influencer les électeurs ou de les empêcher d’accéder aux bureaux de vote".

Par ailleurs, la télévision égyptienne a rapporté que les forces d’intervention rapide du ministère de l’intérieur avaient commencé à se déployer au niveau de tous les gouvernorats de la République pour sécuriser le référendum sur la constitution et faire face à toute tentative d’entrave de la consultation par les Frères musulmans qui ont déjà appelé au boycott.

Les éléments de l’unité d’artificiers ont réussi à désamorcer une charge de fabrication locale et deux grenades assourdissantes près du district d’El Haram à Al Gizeh et arrêté l’individu qui les transportait, selon des sources sécuritaires.

Les forces de sécurité ont arrêté également à Kalioubia un véhicule avec quatre personnes à bord transportant des armes à feu et des charges explosives de fabrication locale sur la route du Caire-Chabra al Khaima dans le but d’exécuter les actes de violence et empêcher les citoyens de se rendre aux urnes, a rapporté l’agence Mena.

La commission électorale en Egypte a démenti pour sa part les propos colportés par certains médias concernant la prolongation des jours de vote jusqu’à jeudi affirmant dans un communiqué que le vote se déroulera durant les jours fixés, soit, mardi et mercredi.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!