En direct

Egypte: crainte d'une islamisation dans les milieux artistiques

 
    Grèves, manifestations, spectacles  annulés: des artistes et intellectuels égyptiens dénoncent ce qu’ils  considèrent comme une volonté d’emprise des islamistes proches du président  Mohamed Morsi sur les institutions culturelles du pays.    Dernier épisode en date, des manifestants ont défilé jeudi soir en scandant  "à bas le pouvoir des Frères musulmans" et réclamant la démission du ministre  de la Culture Alaa Abdel Aziz, considéré comme proche de la confrérie même s’il  n’en fait pas formellement partie.    Le cortège de 100 à 200 personnes est parti de l’Opéra du Caire,  institution phare de la vie culturelle égyptienne, où les représentations sont  suspendues depuis mardi dernier en raison d’un mouvement du personnel  consécutif au limogeage de sa directrice, Inas Abdel Dayem.    Cette situation traduit un malaise grandissant dans les milieux culturels  depuis l’élection il y a un an du président Morsi, régulièrement accusé par ses  opposants de chercher à placer ses amis Frères musulmans dans tous les rouages  du pays.    Le renvoi récent d’une figure du ministère de la Culture, le chef du  département des Beaux-Arts Salah al-Meligui, et celui du chef de l’Organisation  générale du livre égyptien, Ahmed Mohaged, ont renforcé ces craintes.    Mercredi, le secrétaire général du Conseil suprême de la culture, Saïd  Tewfik, a annoncé qu’il remettait sa démission pour dénoncer "les tentatives de  +frèrisation+" de ce ministère, traditionnellement très influent en Egypte.    Selon le chef d’orchestre Naïr Nagui, qui a rencontré le ministre de la  Culture, ce dernier "n’a donné aucune raison" pour les récents limogeages.    "Il ne fait qu’exécuter un programme", assure le musicien. "Les Frères  savent qu’il ne leur sera pas facile de diriger le pays avec autant  d’intellectuels dans l’opposition, c’est pourquoi ils veulent les exclure du  ministère", estime-t-il.    Pour l’écrivain Helmy el-Namnam, "les Frères musulmans pensent qu’en  contrôlant le ministère de la Culture ils vont contrôler la culture égyptienne  elle-même, ce qui est un non sens".    Le ministre s’est jusqu’à présent montré avare de commentaires, mais a  toutefois affirmé que ces limogeages visaient à apporter du "sang neuf" à son  administration.    Un porte-parole des Frères musulmans, Ahmed Aref, a réfuté ces accusation,  assurant que la confrérie ne cherchait pas à dominer le secteur culturel.    "Nous voulons la liberté pour tous et nous ne refusons pas la diversité,  elle existe également dans notre mouvement", a-t-il affirmé à l’AFP.    Le conflit avec les artistes s’ajoute à de nombreux autres en cours ou  latents dans des secteurs aussi divers que la justice, la presse ou encore la  police, sur le thème de l’islamisation des institutions publiques et privées.    Il survient dans un climat de graves difficultés économique et de montée de  l’insécurité, qui pèsent sur la présidence de M. Morsi, à quelques semaines du  premier anniversaire de son accession au pouvoir. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close