En direct

Egypte : impressionnant dispositif de sécurité en prévision du référendum sur la constitution

Une opération de déploiement de l’armée et de la police sur les principaux axes et places publiques et devant les infrastructures stratégiques a débuté lundi en Egypte pour sécuriser le référendum sur la constitution prévu mardi et mercredi.

Les forces militaires et la police se sont déployées aux sièges des bureaux électoraux dans les différents gouvernorats d’Egypte comme retenu dans la première phase de la mise en exécution du plan visant de sécurisation de la consultation référendaire, ont indiqué des sources officielles du ministère de l’Intérieur égyptien.

A cet effet, le commandement général des forces armées a mobilisé près de 160.000 militaires sans compter les dizaines de milliers d’éléments de la police déployés dans le cadre du plan de sécurisation de plus de 30.000 bureaux de vote en coordination avec les autres organes de sécurité.

Les éléments des forces armées déployés dans les rues et les bureaux de vote ont été préparés pour faire face à tout acte de violence ou manifestation, a affirmé lundi une source militaire avant de souligner que les forces chargées de la sécurité du référendum ont été entrainées pour parer à tout évènement pouvant entâcher le déroulement de l’opération à l’intérieur et à l’extérieur des locaux et pour faire face à toute menace terroriste éventuelle. Le ministre égyptien de la Défense, Abdelfattah al Sissi, chef suprême des forces armées, avait affirmé dimanche que l’armée était "prête et déterminée à relever le défi, à protéger le peuple égyptien et à préserver son droit d’exprimer sa volonté et de disposer de son avenir".

Le ministre de l’Intérieur égyptien, Mohamed Ibrahim, a déclaré quant à lui, que l’Egypte vivra mardi et mercredi un moment des plus décisifs de son histoire, ajoutant que toute tentative de perturber le processus "sera contrecarrée avec force et fermeté".

D’autre part, des rapports de sécurité continuent de mettre en garde contre d’éventuels actes de violence émanant des partisans des Frères musulmans dans une tentative d’obstruer le référendum à travers une escalade de la violence dans les rues et une invasion des places publiques pour y organiser des sit-in et interdire aux électeurs de se rendre dans les bureaux de vote.

Toujours au plan sécuritaire, l’Egypte a été aujourd’hui le théâtre de divers actes de violence dans une tentative d’entraver la consultation référendaire. Quatre "éléments terroristes" ont tenté de déposer une charge explosive sur la route de l’armée dans la ville de Cheikh Zouid. Celle-ci leur explosa au visage.

Lundi matin, une autre bombe artisanale a également explosé devant le poste de police à El Jizeh.

Les affrontements entre forces de sécurité et étudiants et partisans de Frères musulmans avaient fait 7 blessés, selon le dernier bilan du ministère égyptien de la Santé.

Par ailleurs, la haute commission éléctorale a annoncé avoir remis des autorisations pour la surveillance du référendum sur la constitution à 67 organisations locales et 6 internationales comptant globalement près de 84.257 observateurs.

Elle a souligné toutefois, l’exclusion d’associations appartenant à la confrérie islamiste de la surveillance de la consultation en application de la disposition d’interdiction des Frères musulmans et leurs activités ainsi que leurs différentes ramifications. Pour sa part, la Ligue arabe a indiqué lundi, par le biais de la présidente de sa mission pour la surveillance du référendum, avoir décidé d’instituer une cellule de crise au niveau de son secrétariat général pour y faire un siège de suivi de l’opération électorale et de contact avec les observateurs à travers les différentes provinces. La couverture de 75% des gouvernorats est confiée à la ligue arabe.

Selon la liste annoncée par la commission électorale, 52,7 millions d’électeurs prendront part au référendum à travers 27 gouvernorats.

Le Caire vient en première position de par le nombre des électeurs avec 6,6 millions soit un taux de 12,6% du total des électeurs.

7 grands gouvernorats sont situés dans le Delta du Nil à savoir le Caire, al Jizeh, Al Dahaqliya, Alexandrie, al Charqiya, al-Bouheira, al-Gharbiya.

Enfin, le ministère égyptien des Affaires étrangères a annoncé que 103000 Egyptiens ont d’ores et déjà voté à l’étranger, soulignant que plusieurs d’entre eux ont été blessés suite à des heurts entre Egyptiens et "éléments islamistes opposés à la constitution".

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!