En direct

El Qaïda au Maghreb: Expérimentation d'armes biologiques…!?

  • Il a déclaré que les autorités avaient intercepté durant la première semaine de Janvier une communication urgente entre les dirigeants d’El Qaïda au pays du Maghreb (AQIM) et ceux d’El Qaïda dans la région tribale du Pakistan à la frontière avec l’Afghanistan. La communication parle d’un espace fermé pour empêcher la fuite d’une substance biologique ou chimique qui a été violée, selon le fonctionnaire.
     ‘Nous ne savons pas si cela est biologique ou chimique’, a déclaré le fonctionnaire.

  • L’histoire a été rapportée pour la première fois par le tabloïd britannique "the Sun", qui a déclaré que des activistes d’El Qaïda étaient morts après avoir été infectés par une souche de peste bubonique, la maladie qui a tué un tiers de la population de l’Europe au 14e siècle. Mais les officiels du renseignement ont rejeté cette hypothèse.

  • El Qaïda dans le Maghreb Islamique, selon les estimations du renseignement des États-Unis, soutient une dizaine de bases en Algérie, où le groupe a mené une campagne terroriste contre les forces gouvernementales et contre les civils. En 2006, le groupe a revendiqué la responsabilité de l’attaque d’entrepreneurs étrangers. En 2007, le groupe a déclaré qu’il a bombardé le siège des Nations unies à Alger, une attaque qui a tué 41 personnes.

  • El Qaïda est considérée par les États-Unis et des experts occidentaux de vouloir acquérir des armes biologiques depuis la fin des années 1990. Un rapport de 2005 sur les armes non conventionnelles rédigé par une commission dirigée par l’ancien sénateur Charles Robb et le juge Laurence Silberman conclu que le programme d’El Qaïda pour l’acquisition d’armes biologiques a été étendu et bien organisé et géré deux ans avant les attaques terroristes du 11 septembre aux États-Unis

  • Un autre rapport de la Commission sur la prévention de la prolifération des armes de destruction massive, publiée en Décembre, a prévenu que « les terroristes sont plus susceptibles d’être en mesure d’obtenir et d’utiliser une arme biologique que d’une arme nucléaire. »

  • Les autorités britanniques ont arrêté en Janvier 2003 sept hommes accusés d’avoir produit un poison de fèves de ricin connue sous le nom de la ricine. Des fonctionnaires britanniques ont déclaré que l’un des suspects a visité un camp d’entraînement d’El Qaïda. Dans l’enquête sur l’affaire, les autorités britanniques trouvé un manuel non daté d’El Qaïda d’une recette pour faire de l’anti-poison.
  • Le chef d’El Qaïda en Irak, Abou Moussab Ezzerkaoui, était soupçonné de développer la ricine dans le nord de l’Irak. Roger Cressey, un ancien haut fonctionnaire à la lutte antiterroriste au Conseil de la sécurité nationale sous les Présidents Bill Clinton et George W. Bush, a déclaré au Washington Times qu’El Qaïda a eu un grand intérêt à acquérir une du poison depuis la fin des années 1990.
  • ‘C’est quelque chose que l’organisation El Qaïda cherche a toujours espéré faire, mais les infrastructures pour de développer n’ont pas été sophistiqués", a-t-il déclaré.
    M. Cressey a ajouté qu’il est aussi préoccupé par El Qaïda au pays du Maghreb, se réfèrant aux pays d’Afrique du Nord, l’Algérie, le Maroc et la Tunisie.
  • ‘El Qaïda dans le Maghreb est probablement est la plus opérationnelle des branches de l’organisation à l’heure actuelle», a dit-il.
  • Ennahar/ M. O. 

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!