Monde

Émeutes aux Etats-Unis après la relaxe d'un policier blanc

Dès l’annonce du verdict prononcé par un jury populaire, les violences ont éclaté dans la petite ville du Missouri (centre) tandis que, de Seattle à New York en passant par Chicago et Los Angeles, des milliers d’Américains descendaient dans les rues pour dénoncer "le racisme qui tue".

A Ferguson, où la mort de Michael Brown, abattu à 18 ans de six balles par un policier, avait déjà déclenché de graves émeutes raciales, les échauffourées ont opposé les manifestants aux forces de l’ordre, d’abord devant le commissariat de police avant de s’étendre dans la ville.

"Pas de justice, pas de paix", scandaient les manifestants en colère, sourds aux appels au calme lancés un peu plus tôt par le président Barack Obama et la famille Brown.

Selon le chef de la police du comté de Saint-Louis Jon Belmar les forces de l’ordre ont été la cible de nombreux tirs –150, selon son propre décompte– qui n’ont pas fait de victime. 

Les policiers, qui avaient reçu des renforts de la Garde nationale et du FBI, ont riposté à coups de gaz lacrymogènes, matraques, et grenades aveuglantes pendant que dans certaines rues se déroulaient de véritables batailles rangées au coeur de cette banlieue de Saint-Louis, sillonnée par des véhicules blindés.

De nombreux commerces ont été pillés, des véhicules et bâtiments incendiés. A 02H30 locales, douze immeubles étaient en flammes, a précisé Jon Belmar, lors d’une conférence de presse. 29 manifestants ont été arrêtés.

Le gouverneur du Missouri Jay Nixon, qui avait décrété l’état d’urgence dans la crainte de violences, a demandé de nouveaux renforts de la garde nationale.

    

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *