En directAlgérie

Jusqu’à la fin, il a aimé l’Algérie. Emile Schekroun n’est plus !

Algérie – Le militant communiste pour l’indépendance de l’Algérie, Emile Schekroun, est décédé cette semaine à l’âge de 88 ans. C’est ce qu’ont fait savoir ses proches à l’APS.

Ses amis et proches se souviendront, à jamais, de l’intervention d’Emile Schekroun de février 1951. C’était lors de la commémoration de la journée internationale de lutte contre le colonialisme. Ainsi, à cette occasion, il avait fustigé l’impérialisme français, le qualifiant d » »oppresseur et exploiteur » du peuple algérien. Emile terminait sont intervention en appelant à la lutte pour la libération de l’Algérie.

Membre du Parti communiste algérien (PCA), il participe, après le déclenchement de la guerre de libération, à l’organisation des premiers groupes armés du PCA d’Oran : les Combattants de la libération (CDL). Arrêté par la police en 1956, il fut accusé de la distribution des armes détournées par Henri Maillot. Torturé, écroué, il est emprisonné et n’a été libéré qu’en 1962.

Dés lors, et à l’indépendance, cet urbaniste, ami du célèbre brésilien Oscar Niemeyer, a obtenu comme de nombreux militants européens et juifs la nationalité algérienne.

Jusqu’à la fin, il aura aimé l’Algérie. Emile Schekroun repose désormais au cimetière de Fontenay-sous Bois, dans la banlieue parisienne.

Lire aussi : Décès du militant de la guerre de libération nationale Stevan Labudovic

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close