En directAlgérie

EXCLUSIF- La défense de Kamel Chikhi dénonce des dépassements à la prison d’El-Harrach

Algérie – Quatre avocats qui constituent la défense de Kamel Chikhi, alias « El-Bouchi, et ses complices ont adressé une lettre de dénonciation au Directeur de l’établissement pénitentiaire d’El-Harrach, a appris ALG24 de source sûre.

Dans cette lettre adressée le 1er août dernier, la défense de Kamel Chikhi dénonce le non respect des dispositions de loi en matière de comportement avec la défense d’un détenu.

La défense du principal accusé dans l’affaire de tentative d’introduction de 701 kg de cocaïne depuis le port d’Oran estime que son droit de rendre visite à ses clients détenus à la prison d’El-Harrach a été bafoué.

« En tant que défense, il est garanti, constitutionnellement et légalement, de ne pas être privé du droit de visiter les détenus, quelque soit le nombre des avocats constitués pour défendre le même accusé », lit-on dans cette lettre.

La défense de Kamel « El-Bouchi » se plaint ainsi du fait que l’établissement pénitentiaire interdise aux avocats de voir, chacun de son côté, un client au même temps. Si un avocat s’entretient avec un des accusés, le deuxième avocat devra ainsi attendre que le premier termine pour voir un autre accusé. Cette pratique est, selon la défense de Kamel Chikhi en contradiction avec la loi en vigueur.

Mesures intrigantes et cacophonie

Fait intrigant, les quatre avocats disent avoir été autorisés en date du 31 juillet dernier de voir, chacun de son côté et au même temps un des accusés. La défense de Kamel Chikhi, tout en rappelant que le Directeur de la prison -actuellement en congé- avait expliqué qu’il s’agissait d’une mesure de la Direction générale, affirme avoir eu une autre version de la part de l’intérimaire, qui les a d’ailleurs autorisés à voir leurs clients de façon simultanée.

Les quatre avocats s’interrogent ainsi sur si ces mesures sont en respect avec la loi et la constitution. « S’agit-il d’instructions formulées de façon officielle par la direction ou verbalement ? Ou votre établissement prend-t-il des mesures à son propre gré ? », s’interroge la défense de Kamel « El-Bouchi.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close