EconomieAlgérie

L’explosion démographique en Algérie inquiète ( vice-président de la BM )

Algérie  –  Le vice-président de la Banque mondiale chargé de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Ferid Belhadj, a mis l’accent sur l’importance d’intégrer les jeunes dans le développement économique à travers un système éducatif adéquat et ce pour faire face à la pression démographique .

« Quand on regarde la région MENA d’une manière générale, il y a une pression démographique qui est en train de se faire sentir de plus en plus. D’ici 2050, il y aura plus de 300 millions de jeunes à la recherche d’emploi dans toute la région », indique le représentant de l’institution de Bretton Woods dans un entretien accordé à l’APS.

« L’Algérie aura aussi son lot de pression démographique et il faudra prendre acte de cette pression et l’utiliser avant les siens. C’est-à-dire faire que cette énergie que la jeunesse recèle soit mise à la contribution à la croissance, à la créativité et à trouver de nouvelles voies de développement économique », a t-il soutenu.

« Nous pensons que cette jeunesse doit être servie par un effort sur les questions de l’éducation, un effort renouvelé et plus important non seulement en terme des dépenses mais aussi en terme de l’efficacité de ces dépenses.

L’Algérie et tous les pays de la région dépensent beaucoup pour l’éducation. Mais il faut faire en sorte que le système éducatif soit en adéquation avec ce que le marché du travail requiert sachant que ce marché est en train d’évoluer et que, donc, l’éducation ne doit pas être une éducation livresque mais une éducation qui permet une agilité et qui permet aux étudiants et élèves d’être formés pour la compréhension des choses plus qu’à la connaissance des choses, relève M. Belhaj.

Dans ce sens, il soutient que le développement des nouvelles technologies est parmi les engagements de la BM dans la région MENA.

Par ailleurs et abordant le volet économique , le vice président de la banque mondiale estime que  l’Algérie a « suffisamment de financements » et n’a besoin d’emprunter ni auprès de la Banque mondiale ni auprès d’autres institutions financières.

« Notre engagement avec l’Algérie est basé sur le  dialogue et l’échange d’expériences », explique le représentant de la BM en visite en Algérie du 4 au 7 septembre.

 

Tags

Articles en lien

One Comment

  1. l’Algérien ne travaille pas. Il ne s’investit pas dans la propreté de son environnement. Il ne de brûle pas les méninges sur les défis de l’humanité. Alors il faut bien faire quelque chose. Alors il fait des enfants. Et il attend de l’état qu’il les nourrissent et éduquent . Il est trop fatigué sinon. Quoi vous voulez qu’il les éduquent en plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close