En direct

Famille Kadhafi en Algérie: Alger n'autorisera pas de menace sur la Libye

   

Le président du Conseil national de  transition libyen Mustapha Abdeljalil s’est dit convaincu lundi que l’Algérie  empêchera la famille Kadhafi, réfugiée dans ce pays pour des raisons  humanitaires, de menacer la Libye, à l’issue d’un entretien avec le président  Abdelaziz Bouteflika.    "Nous apprécions la position humanitaire de l’Algérie d’accueillir les  familles, notamment les femmes et les enfants, mais restons convaincus qu’elle  n’abritera pas ceux qui représentent une menace pour la sécurité de la Libye",  a assuré M. Abdeljalil, en visite officielle de deux jours à Alger.    Il faisait référence à la présence, sur le sol algérien depuis août  dernier, de Aïcha, la fille de feu Mouammar Kadhafi, ses deux frères Hannibal  et Mohamed, sa veuve Safiya et de nombreux autres membres de cette famille.    "Nous avons ainsi convenu que ce qui constitue une menace pour la Libye par  le financement ou la subversion n’aura pas de place dans les territoires  algériens", a ajouté le dirigeant libyen, cité par l’agence APS.    "C’est ce à quoi nous sommes parvenus", a-t-il précisé soulignant que "des  conventions juridiques sont prévues à cet effet concernant les personnes qui  feront l’objet de poursuites pénales".    Le 1er décembre, le chef de la diplomatie algérienne Mourad Medelci avait  rappelé Aïcha Kadhafi à l’ordre, pour la seconde fois depuis le mois de  septembre, après l’appel de celle-ci à la révolte des Libyens contre le CNT  dans des déclarations à la télévision syrienne Arraï.    M. Medelci avait jugé ces propos "inacceptables", estimant que la fille de  Mouammar Kadhafi, chassé du pouvoir fin août et tué le 20 octobre, ne tenait  pas compte de ses "devoirs" de réserve envers son pays d’accueil.     Tripoli a toujours réclamé le rapatriement de la famille, dont un autre  frère, Saadi, se trouve au Niger, pour pouvoir les juger, comme elle s’apprête  à le faire pour l’un d’eux, Seif el Islam, arrêté en novembre dans le sud  libyen.    M. Abdeljalil n’a, semble-t-il, pas réitéré publiquement cette demande à  Alger. Il s’est plutôt étendu sur "les relations historiques profondes" des  deux pays soulignant que "l’Algérie et la Libye partagent la même religion  (Islam), l’arabité et l’appartenance à l’espace maghrébin".    Le volet sécuritaire et la sécurisation des frontières algéro-libyennes a  été largement évoqué, a-t-il dit, notant un "soutien du gouvernement algérien  sur cette question sachant que la Libye est encore en phase de création et de  préparation des dispositifs des garde-frontières et de sûreté nationale".    Il a rappelé les récents échanges de visites ministérielles entre les deux  pays axées sur cette coopération, notamment sur l’entraînement d’éléments de la  sûreté nationale libyenne en Libye et en Algérie.
 
 
Algerie – ennaharonline
 
    

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close