En direct

Flambée des prix des fruits et légumes

  • Le pauvre citoyen ne va plus au marché et se contente de pomme de terre dont le prix est encore stable.
  • Lors d’une visite qui nous a menée à quelques marchés de gros et de détail dans la capitale, nous nous sommes rendu compte des difficultés que rencontre le citoyen qui se plaint de la hausse des prix des fruits, légumes et céréales. Beaucoup ont cessé de fréquenter le souk qui devient une source de tension et de stress. Les gens regardent avec les yeux les belles pommes, oranges et bananes, les tomates bien rouges et les beaux piments verts sans pouvoir penser à en acheter.
  •  
  • Certains prétendent que cette hausse exagérée des prix est due au manque de produits aux marchés de gros cette fin de semaine, portant l’oignon à 100 DA le kilogramme alors qu’il y’a un mois, il se vendait à 20 DA. La courgette est passée de 60 à 100 dinars alors que le piment verts et la tomate varient entre 100 et 120 dinars.  Heureusement que la pomme de terre, longtemps considéré comme le plat du pauvre, est restée à la portée des petites  bourses.
  • Pour les commerçants de gros, la hausse des prix est due au manque de produits à cause de l’apparition de deux catégories de spéculateurs ; la première avide retient le produit stocker pour provoquer la pénurie, l’autre, constituée de petits commerçants qui exposent le produit sur les étals pour le revendre à des prix qu’il définissent eux-mêmes.
  • Pour ce qui est produits alimentaires de large consommation, ces derniers ont connu eux aussi une hausse importante, à l’instar de la farine, notamment en sachet qui se vend à 50 dinars, le riz 80 dinars, le « friq » 250 dinars (160 DA l’année passée), le riz 90 DA et les pois chiche 100 DA.
  •  
  • Le poulet dépasse les 270 DA, la viande ovine 900 DA bien que le ministère de l’agriculture et du développement rural ait confirmé que cette dernière connaîtra une baisse importante les jours à venir. Pire, le prix des viandes congelées ont doublé par rapport à l’année passée. Le mouton fait 750 DA au marché de gros et le veau 800.
  • Selon les commerçants, les viandes rouges et blanches connaissent une hausse avec l’approche du mois de Ramadhan.
  • Les épices aussi n’ont pas échappé à la règle puisque le piment noir à atteint 700 dinars le kilo alors qu’il ne dépassait pas les 300 dinars.
  •  
  • Ennahar/ Amel Lakel

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!