En directAlgérie

Flux migratoire : Humanitaire et sécuritaire…. La quête du juste équilibre

Algérie – Certes, les migrants fuient les guerres, la famine. Certes, ils ont besoin d‘aides et d’assistance. Mais outre, les ONG, il est d’autres acteurs qui évoquent la problématique que posent les flux migratoire. Et, sous un tout autre prisme : Le Sécuritaire.

Ainsi, les experts en sécurité expliquent que « ces tragédies humaines sont aussi, et malheureusement, le cheval de Troie rêvé pour toute sorte de bandes criminelles : terroristes, narcotrafiquants, traite humaine ». Mais pas que, puisqu’il s’agit aussi, ajoutent ces derniers, « d’un moyen idéal pour certaines Agences de renseignements qui exploitent ces mouvements de populations pour s’y infiltrer dans le cadre de missions aussi diverses que variées ».

Bref, les pressions que subit l’Algérie quant à sa manière de gérer le flux migratoire exceptionnel auquel elle fait face ces derniers mois, sont donc loin d’être, exclusivement, de simples appels à la charité humaine.

Pour autant, dimanche 15 juillet, alors qu’il participe aux travaux de la 6ème session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien (CBF), Noureddine Bedoui rappelait quelques fondamentaux de la position algérienne quant à la gestion des flux migratoires. Ainsi, le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’Algérie « a toujours soutenu les migrants africains et n’a ménagé aucun effort. Notamment au plan humanitaire, pour leur prêter aide et assistance ».

Il a, dans ce cadre, qualifié la « campagne de critiques »  que subit l’Algérie d’ »infondées ».

Lire aussi : Flux migratoires en Afrique : L’Algérie plaide pour une démarche « synergique »

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close