AlgériePolitiqueEconomie

Fortement critiqué, Ouyahia revient avec un nouveau discours

Algérie – Le temps des discours que certains commentateurs qualifiaient d’ « alarmistes » semble être révolu. Optimiste et plein d’espoir. C’est dans un ton, aussi doux et délicieux qu’un Yaourt, que le premier ministre Ahmed Ouyahia a ouvert, ce lundi matin, les travaux de la conférence régionale de Haut niveau sur l’économie numérique dans la région MENA. 

Ainsi, M. Ouyahia, n’a pas manqué d’évoquer « la véritable entreprise de reconstruction nationale », entreprise par l’Algérie, « à l’issue d’une douloureuse tragédie nationale avec ses terribles conséquences en pertes en vies humaines, en destructions de patrimoine économique, ainsi qu’en retards dans le développement.

Lire aussi : Remaniement ministériel: Ouyahia répond à ses détracteurs [Document]

La jeunesse, l’axe premier de l’intervention

Tout en rappelant que « les défis reste importants », le chef du gouvernement s’est dit conscient de l’importance « des questions de la jeunesse ». Mais aussi « de la technologie et de la finance ».

D’autant, a-t-il dit, que la prise en charge de la jeunesse constitue « un défi contemporain majeur. Mais aussi un investissement précieux pour l’Algérie de demain ».

Il dira qu’à ce titre, « l’Algérie s’enorgueillit que 11 millions de ses enfants, soit plus du quart de la population, se rendent chaque matin à l’école, à l’université ou au centre de formation professionnelle ».

Ainsi, a-t-il dit, « mon pays a investi un effort massif dans l’enseignement de l’informatique à l’école ». Ce qui « bénéficie déjà à près de 90% des élèves des cycles moyens et secondaires. Alors que « 20.000 ingénieurs et techniciens en informatique sont annuellement formés ».

« Cette politique d’éducation et de formation quasi exclusivement publique absorbe annuellement l’équivalent de plus de 10 milliards de dollars du budget de l’Etat », a-t-il fait savoir.

L’emploi en quelques chiffres …

Évoquant l’emploi, le chef du gouvernement a souligné que « l’Algérie a réduit le taux de chômage ». Ce dernier est passé, a-t-il dit de « 30% en 2000 à moins de 12% actuellement ». Et ce, « grâce une relance économique diversifiée et à des programmes d’encouragement à l’emploi, notamment en direction de la jeunesse ».

Parmi ces programmes, il citera « le soutien aux micros entreprises ». Ce dernier, « qui depuis 2010 seulement a permis à des jeunes de lancer plus de 500.000 nouvelles entreprises dans tous les domaines. Et de créer ainsi près de 1.200.000 emplois durables », a-t-il conclu.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close