En direct

Fouille à l'aéroport d'Orly: les excuses de la France ne suffiront pas !

Pourquoi le ministre de la Communication, Hamid Grine, a-t-il été fouillé à l’aéroport d’Orly ? Est-ce normal ? La France, par l’intermédiaire de sa police des frontières, a-t-elle le droit de fouiller une personnalité qui détient un passeport diplomatique et qui passe par le pavillon d’honneur ?

Les autorités françaises ne doivent avoir aucune justification plausible de soumettre un diplomate à une fouille au corps si ce n’est de vouloir humilier les étrangers en général et les Algériens en particulier.

Pendant que les diplomates français sont reçus avec les grands honneurs et le tapis rouge, les ministres algériens sont traités comme de vulgaires Harraga à la recherche d’une carte de séjour en France.

Oeil pour oeil, dent pour dent

Faut-il accepter les excuses de la France? Non, car les excuses ne suffissent pas. On excuse une fois, pas trois.

L’ambassadeur de France en Algérie, a été convoqué ministère des Affaires étrangères pour lui signifier que le traitement réservé au ministre de la Communication, Hamid Grine, à l’aéroport d’Orly était « inacceptable », indique un communiqué du ministère. 

Le directeur général du protocole au MAE a signifié à son interlocuteur français le caractère inacceptable du traitement réservé à un ministre de la République, de même qu’il lui a rappelé le fait que cet épisode malencontreux n’est pas le premier du genre puisque deux cas similaires ont été enregistrés par le passé.

Il a, par ailleurs, été demandé à l’ambassadeur d’indiquer à son gouvernement qu' »il est nécessaire que toutes les mesures adéquates soient prises afin que de tels incidents inacceptables ne se reproduisent pas à l’avenir », conclut le communiqué du MAE.

Sauf que cet incident s’est répété trois fois et il se reproduira certainement dans l’avenir. Le troisième, celui du ministre de Communication, a coïncidé avec l’anniversaire des évènements du 17 octobre 1961, lorsque des milliers d’Algériens ont été pourchassés, lynchés, tués et beaucoup jetés dans la Seine.

Faut-il se taire devant ces actes haineux et humiliants ? Non, l’Algérie doit réserver le même sort aux diplomates français à l’aéroport Houari Boumediene, car, le défunt Houari Boumediene n’aurait jamais accepté cela, même pas les excuses de la France.  

M. Oudina

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close