PolitiqueMonde

France : une conférence sur la liberté de la presse au Maroc attaquée par des voyous

Une conférence sur la liberté de la presse au Maroc a été avortée vendredi dernier après une attaque d’un groupe de fauteurs de trouble. Le nœud de l’histoire : la réunion n’a pas eu lieu à Rabat ou Casablanca, mais plutôt à Paris.

« Les séides du roi Mohamed VI déchaînent désormais leur violence jusqu’à Paris. Vendredi soir, une quinzaine d’individus très agressifs ont fait irruption au Maltais rouge, un ancien local du PSU (Parti socialiste unifié), à deux pas de la place de la République », a rapporté le journal l’Humanité.

La conférence a été organisée par l’Association de défense des droits de l’homme au Maroc (Asdhom). « À la tribune, Khadija Ryadi, ancienne présidente de l’AMDH, Hassane Zerrouky, de l’Humanité et le journaliste Hicham Mansouri, passé par les geôles du roi, exilé en France et poursuivi dans le cadre du procès, indéfiniment reporté, de sept de nos confrères membres de l’Association marocaine pour le journalisme d’investigation, fondée par l’opposant Maati Monjib, lui même poursuivi », a ajouté le média.

Les nervis ont fini par semer la panique en coupant le courant, sabotant ainsi la rencontre. « Cet épisode en dit long sur le sentiment d’impunité des baltajia, les hommes de main du makhzen, confortés par la complaisance française pour la monarchie alaouite », a asséné l’Humanité.

Et de se désoler, « Tout leur est permis, même en plein cœur de Paris… Au Maroc, où s’abat sur les acteurs des mouvements sociaux et sur les défenseurs des droits humains une répression digne des années de plomb, 14 journalistes sont emprisonnés ».

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close