SécuritéMonde

France : Ce qu’il faut savoir sur l’affaire Alexandre Benalla (vidéo)

Licencié par l’Élysée, placé en garde en vue, Alexandre Benalla, chargé de mission auprès du chef de cabinet de la présidence, est accusé d’avoir agressé un manifestant le 1er Mai. Retour sur une affaire qui empoisonne l’exécutif.

Le domicile d’Alexandre Benalla à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) a été perquisitionné samedi 21 juillet, indique une source proche du dossier au Monde. La garde à vue de M. Benalla, qui a débutée vendredi, a par ailleurs été prolongée de 24 heures samedi, a annoncé le parquet de Paris. Tout comme celle de Vincent Crase, un employé de LREM et gendarme réserviste qui était présent avec Alexandre Benalla le 1er mai.

Les deux hommes sont soupçonnés de « violences en réunion par personne chargée d’une mission de service public » et « d’usurpation de fonctions ». M. Benalla est en outre visé pour des faits de « port illégal d’insignes réservés à l’autorité publique » et de « complicité de détournement d’images issues d’un système de vidéoprotection ».

Vendredi, l’Elysée annonçait avoir engagé la « procédure de licenciement » à l’encontre de son collaborateur, mis en cause après la diffusion de vidéos le montrant frapper un manifestant le 1er mai.

Le parquet de Paris a en outre cosaisi l’inspection générale de la police nationale (IGPN).

L’origine de l’affaire Benalla

L’affaire éclate le 18 juillet, après la publication par le journal Le Monde d’une vidéo datant du 1er mai dans laquelle un chargé de mission auprès du chef de cabinet de la présidence de la République,  violente un manifestant dans une rue du Ve arrondissement de Paris. Sur les images, filmées par un militant de la France insoumise, l’homme identifié également comme Alexandre Benalla est coiffé d’un casque à visière des forces de l’ordre, roue de coups un jeune homme à terre.

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close