Monde

France: le contre-espionnage accusé d'être un "instrument" du pouvoir (livre)

Un livre publié jeudi, qui accuse le contre-espionnage français d’être un "instrument politique" au service de  
Nicolas Sarkozy, provoque une polémique en France, le ministre de l’Intérieur  
affirmant en réponse que la police "n’écoute pas de personnalités politiques". 
   Dans "L’espion du président", les journalistes Olivia Recasens, Didier  
Hassoux et Christophe Labbé dressent un portrait au vitriol de Bernard  
Squarcini, patron de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI),  
créé à l’initiative de Nicolas Sarkozy. 
   A partir de témoignages le plus souvent anonyme, les auteurs accusent  
Bernard Squarcini, un proche du président, d’être au "service de l’Elysée" et  
"instrumentalisé" par Nicolas Sarkozy. 
   Ils affirment que la DCRI, un super service de renseignement intérieur créé  
en 2008 par la fusion de la Direction de la surveillance du territoire (DST) et  
des Renseignements généraux (RG), a été "dévoyée" de ses missions. 
   Mercredi soir, Bernard Squarcini a contesté ces accusations auprès de  
l’AFP, affirmant n’être "l’espion de personne". 
   Jeudi, c’est le ministre de l’Intérieur Claude Guéant qui est monté au  
créneau. 
   "Je démens que la DCRI soit un instrument politique au service du pouvoir",  
a-t-il déclaré sur la radio France Inter. Il a ajouté qu’il était "absolument  
faux" de dire que la DCRI espionnait des hommes politiques. "La DCRI n’écoute  
pas de personnalités politiques", a-t-il affirmé. 
   Le ministre a aussi nié l’existence d’un groupe spécial qui poserait des  
micros ou s’introduirait dans les systèmes informatiques hors de tout cadre  
légal, comme l’affirment les auteurs du livre. 
   Lors de la création de la DCRI, les autorités avaient affiché leur volonté  
de rompre avec les "barbouzeries", accusation parfois portée contre les RG,  
surnommés "les grandes oreilles" du gouvernement, qui faisaient l’objet de  
critiques récurrentes et d’accusations d’être une "police politique". 
   Mais la DCRI a déjà été à plusieurs reprises sous le feu des critiques. M.  
Squarcini lui-même a été mis en examen (inculpé) en octobre 2011 dans une  
affaire d’espionnage illégal des relevés téléphoniques d’un journaliste du  
Monde. 
   Forte de 4.000 fonctionnaires dont 3.000 policiers dits "actifs", la DCRI  
traite des affaires de terrorisme, des grands mouvements de contestation et  
d’intelligence économique. 

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!