Monde

France: l'opposition réclame une enquête sur le financement occulte

  •    "Il nous semble que trop c’est trop. Avant l’élection présidentielle (de 2012), on ne peut pas accepter cette situation nauséabonde et nous souhaitons l’organisation d’une commission d’enquête parlementaire" sur le sujet, a déclaré Alain Vidalies, un député du Parti socialiste.
  •  
  •    Beaucoup d’"acteurs apparaissent dans les livres et les articles, qu’ils viennent devant l’Assemblée nationale expliquer ce qu’ils ont fait, qui ils ont vu, comment tout ça s’est passé", a expliqué M. Vidalies. 
  •  
  •    Interrogé sur l’éventuelle création d’une commission d’enquête parlementaire, le président de l’Assemblée nationale (chambre basse du Parlement), Bernard Accoyer avait souligné dimanche que justice et Parlement "ne peuvent pas être saisis en même temps".
  •  
  •    L’avocat franco-libanais Robert Bourgi, longtemps conseiller de l’ombre de l’Elysée pour les affaires africaines, porte depuis dimanche des accusations graves à l’encontre de l’ancien président Chirac et de son Premier ministre Dominique de Villepin. Ces derniers auraient reçu 20 millions de dollars et des cadeaux de dirigeants africains.
  •  
  •    Les accusations de M. Bourgi sont au coeur de la "Françafrique", ces réseaux opaques d’influence mis en place dans les années 60 et hérités de l’époque coloniale. 
  •  
  •    M. Bourgi affirme que le système de financement politique occulte par des chefs d’Etat africains a existé sous les présidences de Georges Pompidou, Valery Giscard d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, soit sous les mandats de 4 des 6 présidents depuis 1958.
  •  
  •    Dans la foulée des accusations de M. Bourgi, Jacques Chirac et Dominique de Villepin ont annoncé chacun qu’ils déposeraient plainte contre lui pour diffamation.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close