Monde

France : une Coupe, une fête… et trop d’agressions sexuelles

Au soir de la finale, alors que la fête battait son plein dans les rues, certaines femmes ont été victimes d’agressions. Dans l’euphorie, certains supporters se sont sentis « tout permis ».

Pour beaucoup de Français, le soir de la finale de la Coupe du monde 2018 et le défilé de l’équipe de France sur les Champs-Élysées, resteront à jamais gravé dans leur mémoire comme des souvenirs joyeux. Mais sur Twitter, des dizaines de femmes ont décidé de dénoncer le harcèlement et les agressions sexuelles, dont elles ont été victimes, alors que les supporters fêtaient leurs Bleus. Des mains aux fesses, des baisers forcés, des attouchements à l’entre-jambe… parfois sous prétexte qu' »on est champions du monde ».

Pour Julie*, 28 ans, les scènes de liesse ont été gâchées par le traumatisme. La jeune femme tient à rester anonyme, pour ne pas se faire « trollée » sur les réseaux sociaux. Les posts sur Facebook, les « stories » de ses amis sur Instagram… Tout lui rappelle son agression. Alors, elle n’a qu’une seule hâte, que cette soirée ne soit plus au centre de toutes les conversations.

« Il m’a embrassée de force ».

Ce soir-là, Julie* est en route pour rejoindre ses amis. Quand elle sort du métro Bonne Nouvelle, la foule exulte. Le coup de sifflet final vient de retentir. La jeune femme, elle, est en train de consulter son trajet sur son portable, quand soudain, un homme l’a « agrippée de force ». « Il m’a embrassée de force, je l’ai senti mettre sa langue dans ma bouche », raconte-t-elle. « Passé le moment de surprise », elle se débat, mais « j’avais beau essayer de mettre toute ma force, il était plus fort que moi », se souvient-elle.

Julie se débat, pleure, mais il n’arrête pas. Il  commence même à lui « toucher les seins » et à glisser « sa main entre [ses] jambes ». Dans la foule, « personne n’intervient ». L’homme semble lui-même « surpris qu'[elle] ne se laisse pas faire » et, avant de s’éclipser, lui lance : « Ben, on a gagné ! »

Un sentiment d’impunité

Comme la plupart des femmes agressées dimanche soir, Julie ne portera pas plainte, car elle estime que les policiers lui répondront « qu’ils ne peuvent rien faire pour [elle] ». D’autant qu’elle ne saurait identifier précisément son agresseur. De manière générale, « le chiffre des déclarations est très inférieur à la réalité des viols et agressions sexuelles », rappelle Éric Neveu.

L’euphorie collective stimule chez certains le sentiment que tout est permis

Pour le sociologue, le fait qu’on s’étonne de ces quelques dizaines d’agressions signifie « qu’on n’est pas conscients de la constance et de l’intensité des agressions et du harcèlement sexuel que subissent les femmes, pas seulement les jours de victoire de la Coupe du monde ».

Toutefois, lors d’une célébration de masse, « un sentiment d’impunité ou l’idée que ce type d’agression est rarement sanctionné sévèrement » s’ajoutent à « l’alcoolisation ». De sorte que « cette euphorie collective stimule chez certains des sentiments de puissance, l’idée que tout est permis et donc, des passages à l’acte pour des gens qui ont des propensions à des comportements agressifs ».

Dimanche soir, un mineur, soupçonné d’agression sexuelle, a été déféré devant la justice. Interpellé lundi, un majeur a été, quant à lui, placé en garde à vue pour exhibition et agression sexuelles.

Source: AFP

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close