Economie

France université: Finance islamique

  •    La première promotion de ce "University Degree Finance islamique" est composée de 36 étudiants de nationalités diverses (Français, Allemands, Luxembourgeois, Suisses, Tunisiens, Algériens) qui suivront en onze mois 405 heures de cours, à raison de trois à quatre jours par mois, a indiqué la direction de l’école de commerce.
  •  
  •    Cette formation est sanctionnée par un diplôme de niveau bac+5 (cinq années d’études supérieures).
  •  
  •    Selon la direction, la création du cursus résulte du constat que "les institutions financières ainsi que les autorités de régulations sont et seront de plus en plus sollicitées par de nouveaux acteurs économiques ayant des aspirations éthiques et religieuses en matière de financement et d’investissement".
  •  
  •    A l’issue de ce cursus, les étudiants peuvent espérer accéder à des postes à responsabilité notamment dans le secteur bancaire, des assurances ou de la finance.
  •  
  •    S’il existe déjà un diplôme similaire en Grande-Bretagne, pays où s’est développée la première industrie de la finance islamique en Europe, et de nombreuses formations en ligne, cet enseignement est en France encore inédit.
  •  
  •    Selon Ibrahim Zeyyad Cekici, membre de l’équipe pédagogique et professeur chercheur en droit à l’EMS, "la finance islamique est une autre façon d’investir, une autre façon d’acquérir un bien. On préfère éviter les transactions incertaines".
  •  
  •    La finance islamique se doit de respecter les préceptes du Coran. Certains secteurs d’activité sont interdits, comme l’alcool, l’armement, l’économie porcine et tout autre domaine considéré comme promouvant la débauche. Et pour tout financement ou investissement, un actif réel est nécessaire, ce qui interdit les cessions de créances ou les taux d’intérêt variables.
  •  
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close