En direct

Gardes Communaux : « Nous marcherons à Alger le 2 mars quelles que soient les conséquences »

Les gardes communaux se font de plus en plus menaçants. Ils ont décidé d’occuper de nouveau la rue, et ce, en organisant une marche nationale le 2 mars prochain, de Bouira vers Alger, a-t-on appris ce mardi 18 février, auprès des délégués des quatre wilayas ayant pris part ce matin au rassemblement organisé devant le siège de la wilaya de Bouira.  « Nous n’avons pas d’autres alternatives pour arracher nos droits que d’occuper la rue », a-t-on précisé. En effet, plus de trois cent gardes communaux venus des wilayas de Tizi Ouzou, Bejaia, Boumerdes et Bouira se sont rassemblés ce matin devant le siège de la wilaya. Aliouat Lahlou ayant pris la parole n’est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger les partis politiques à leur tête la responsable du parti des travailleurs (PT), qui a rendu public les détails de sa rencontre jeudi dernier avec le patron du MDN, le général Major Gaid Salah. « De quel droit Louiza Hanoun parle au nom des gardes communaux. Elle aurait dû venir nous voir, nous consultez avant de nous communiqués les fausses notes de Gaid Salah sur la garde communale », a–t-on dénoncé. Les gardes communaux contredisent la version du Gaid Salah relatée par le chef du parti du PT. Le patron du MDN avait pour rappel indiqué au sujet des gardes communaux que ces éléments ont été intégré dans les rangs de l’ANP et bénéficient des mêmes droits que les autres éléments de l’armée. Chose réfutée par les délégués qui ont précisé que, certes des éléments ont été intégré dans l’ANP mais sont exploités. «Ce matin, des dizaines d’éléments n’ont pas été autorisés à sortir des casernes et autres postes et ce pour ne pas participer à ce rassemblement », a affirmé un participant. Les gardes communaux ont de nouveau exigé des pouvoirs publics de revoir la gestion de leur dossier. Ils réclament du président Bouteflika de reconnaître le sacrifice des gardes communaux dans le cadre de la lutte antiterroriste, une prise en charge sérieuse des éléments blessés dans les hôpitaux militaires, les victimes de terrorisme et autres revendications. Les participants au rassemblement d’aujourd’hui se disent déterminés à poursuivre leur combat, et ce, malgré les tentatives, « de certains responsables, des chefs de partis qui visent à affaiblir notre mouvement. Ils sont allé jusqu’à nous demander de ne pas nous réunir au siège du MDS. Nous n’avons peur de personne, nous avons signés nos actes de décès en 1994. », a souligné Aliouat Lahlou qui a confirmé qu’une marche nationale est programmé le 2 mars à Alger.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!