Monde

Gaza: le Hamas exécute un "collaborateur" d'Israël et deux criminels

  Le Hamas, au  pouvoir dans la bande de Gaza, a exécuté samedi un Palestinien accusé de  "collaboration" avec Israël et deux hommes accusés de "complicité de meurtre",  a annoncé le ministère de l’Intérieur du Hamas dans un communiqué.    Les trois hommes ont été pendus dans un "centre de sécurité" à Gaza, selon  le mouvement islamiste.    Selon des sources de sécurité au sein du Hamas, le "collaborateur" exécuté  était Mohammed Garboh, du camp de réfugiés de Bureij, et les deux autres  condamnés Mohammed Abdeen et Mohammed Baraka.    Il s’agit de la première exécution de l’année à Gaza pour collaboration  avec Israël. Les dernières exécutions pour ce motif remontaient à juillet 2011,  quand deux Palestiniens avaient été pendus. Un mois plus tard, trois condamnés  pour d’autres types de crimes avaient été exécutés, selon des organisations des  droits de l’Homme.    Les forces de sécurité israéliennes utilisent couramment des informateurs  palestiniens pour tenter d’éviter des attaques et d’organiser des assassinats  de hauts responsables.    En mars, un Palestinien de 27 ans soupçonné d’avoir collaboré avec Israël  avait été condamné à mort pour "trahison" pour avoir coopéré avec Israël par un  tribunal militaire de Gaza, mais son nom n’avait pas été publié.    Depuis le début de l’année, les autorités de Gaza ont aussi annoncé la  condamnation à mort de deux autres hommes, l’un pour "collaboration" avec  Israël et l’autre pour le meurtre de son frère.    Jeudi, Amnesty International avait annoncé qu’un 4e homme avait été  condamné à mort à Gaza.    Le mouvement islamiste Hamas, qui a pris le pouvoir dans la bande de Gaza  en 2007, a procédé à ses premières exécutions en avril 2010 avec la pendaison  de deux hommes condamnés à mort pour collaboration avec Israël.    Selon la loi palestinienne, les personnes condamnées pour collaboration,  meurtre ou trafic de drogue sont passibles de la peine de mort. Tout ordre  d’exécution doit recevoir l’aval du président palestinien, mais le Hamas ne  reconnaît pas la légitimité de Mahmoud Abbas, dont le mandat de quatre ans a  expiré en 2009.    Au cours des derniers mois, le Hamas a arrêté plusieurs collaborateurs  présumés, et prévenu qu’il poursuivrait tout "traître" travaillant pour l’Etat  hébreu.
 
 Algerie – ennaharonline

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close