Monde

Geert Wilders jugé lundi pour incitation à la haine

  •    Le chef de file du Parti pour la liberté (PVV), arrivé troisième lors des élections législatives anticipées du 9 juin, est poursuivi pour avoir notamment qualifié l’Islam de "fasciste" et réclamé l’interdiction du Coran, comparé au livre "Mein Kampf" d’Adolf Hitler.
  •  
  •    "Cela concerne la liberté d’expression : mon client pense qu’aux Pays-Bas, on doit pouvoir dire ce que l’on veut, sauf s’il s’agit d’incitation à la violence", explique à l’AFP l’avocat du prévenu, Bram Moszkowicz.
  •  
  •    Geert Wilders, 47 ans, est poursuivi pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans et les étrangers non-occidentaux, en particulier les Marocains, ainsi que pour injures envers les musulmans.
  •  
  •    Le député, sous protection policière 24 heures sur 24, encourt un an de prison ou 7.600 euros d’amende pour des propos tenus entre octobre 2006 et mars 2008 dans des journaux néerlandais, sur des forums internet et dans son film de 17 minutes "Fitna", diffusé sur internet en 2008.
  •  
  •    "Geert Wilders est persuadé qu’il n’a rien dit de répréhensible", assure Bram Moszkowicz, selon lequel le député devrait développer cette position lundi matin à l’ouverture de son procès.
  •  
  •    Les juges examineront le dossier lundi, mercredi et vendredi. L’accusation présentera ses réquisitions le 12 octobre et la défense plaidera le 19. Le jugement devrait être rendu le 4 novembre, selon le tribunal.
  •  
  •    Aucun témoin ne viendra à la barre. Les trois experts cités par l’accusation ont déposé par écrit et les trois témoins cités par M. Wilders, des "experts de l’Islam", selon son avocat, dont l’identité n’a pas été communiquée, ont été entendus par un magistrat à huis clos.
  •  
  •    La cour d’appel d’Amsterdam, saisie par plusieurs plaignants, avait ordonné au parquet le 21 janvier 2009 de poursuivre Geert Wilders. Le parquet avait cependant  décidé le 30 juin 2008 que le film et les déclarations du député ne justifiaient pas de poursuites car ils s’inscrivaient "dans le cadre du débat public". 
  •  
  •    Les juges d’appel avaient estimé que "la façon dont le débat public est mené sur des thèmes controversés comme l’immigration et l’intégration ne tombe pas sous le coup de la loi en principe mais cela est différent lorsque des limites fondamentales sont dépassées".
  •  
  •    Le PVV de M. Wilders, qui avait enregistré la plus forte progression lors des élections législatives du 9 juin, détient dorénavant 24 sièges de députés sur 150, contre 9 auparavant.
  •  
  •    Geert Wilders a participé à l’élaboration d’un programme de gouvernement minoritaire de droite, formé des libéraux et des chrétiens-démocrates. Les députés de son parti devront, en échange, voter les lois présentées par le nouveau gouvernement.
  •  
  •    S’il était reconnu coupable, Geert Wilders pourrait être déclaré inéligible par le tribunal d’Amsterdam, mais, selon Frank Wassenaar, un porte-parole du ministère néerlandais de l’Intérieur, interrogé par l’AFP, ce serait une première.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!