En direct

Gerboise Bleue : le premier essai nucléaire français en Algérie le 13 février 1960

  •    L’autre puissance nucléaire européenne, la Grande-Bretagne, a par comparaison procédée à 45 tirs. Les Etats-Unis arrivent en tête pour le nombre d’essais atomiques (plus d’un millier), devant l’ex-URSS (plus de 700).
  •  
  •    "Gerboise Bleue", le premier essai français, s’était déroulé le 13 février 1960, dans une Algérie encore colonie française, à Reggane, au Sahara, quinze ans après l’explosion de la première bombe atomique américaine dans le désert du Nouveau-Mexique en 1945. Les Russes possédaient la bombe A depuis 1949 et les Britanniques depuis 1952.
  •  
  •    A partir de 1960, la France réalise 17 essais dans le Sahara: 4 aériens et 13 souterrains.
  •  
  •    En 1966, le champ de tir est transféré dans le Pacifique-sud, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, dans l’archipel des Tuamotu, à 1.200 km au sud-est de Tahiti (Polynésie française). C’est là que sont basées les installations du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP).
  •  
  •    Du 2 juillet 1966, date du premier tir sur l’atoll de Mururoa, jusqu’au dernier tir trente ans plus tard, la France conduira 193 expérimentations nucléaires dans le Pacifique sud.
  •  
  •    41 sont des essais aériens, la plupart sous ballon captif, mais aussi sur barge ou largués par avion de combat.
  •  
  •    A partir de 1975, 137 essais souterrains sont réalisés, auxquels s’ajoutent 15 "expériences de sécurité". 
  •  
  •    Le 8 avril 1992, le président François Mitterrand décrète un moratoire des essais. Son successeur Jacques Chirac met fin à ce moratoire en 1995, juste après son élection. Six essais sont alors réalisés entre le 5 septembre 1995 et le 27 janvier 1996.
  •  
  •    A l’issue de cette campagne qui déclenche un tollé mondial, le chef de l’Etat annonce le 29 janvier que la France signera le Traité d’interdiction complète des essais (TICE). L’adhésion au Traité est ratifiée par le Parlement le 26 avril 1998. La France met ainsi fin aux expérimentations nucléaires de façon définitive et démantèle le site d’expérimentation. Elle poursuit depuis un programme de simulations informatiques des essais nucléaires.
  •  
  •         
  • Ennaharonline/ AFP

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!