En direct

GlaxoSmithKline implique l’institut Pasteur dans les décès d’algériens

  • Les clauses du contrat conclue entre le ministère de la santé, des populations et de la réforme hospitalière, par le biais de l’Institut Pasteur avec le laboratoire britannique ont dévoilé les points noirs dont le laboratoire britannique s’est prémuni et donc n’assume aucune responsabilité criminelle dans le cas de décès ou de complications causées par l’usage des vaccins.
  •  
  • L’Institut Pasteur, qui devait être une partie essentielle des négociations avec le laboratoire britannique GSK, s’est retrouvé obligé d’accepter les clauses sans discussions aucune, bien que le directeur de l’Institut ait transmit une lettre de protestation n°143, datée du 4 août dernier, demandant au Secrétaire général du ministère de la santé Abdeslam Chakou, de revoir ces clauses.
  •  
  • Acquisition du vaccin : Marché à l’amiable
  •  
  • Le début des négociations remontent à l’été dernier, lorsque l’Institut s’était retrouvé dans l’incapacité d’acquérir les vaccins faute de ne pouvoir payer la totalité lors de l’achat. Cette situation a obligée le ministre de la santé, Barkat, à recourir au fonds des urgences et libérer la somme de 8 milliards 400 millions de dinars. Il avait fallu l’intervention du premier ministre pour le transfert de la somme entre  du ministère à l’Institut Pasteur. Le ministère à expliqué le recours au marché à l’amiable ; l’urgence, la nécessité de protéger les algériens de la pandémie et le nombre limité de laboratoires produisant le vaccin antigrippaux. Pour ces raisons, le ministère a recouru à quatre laboratoires : le britannique GlaxoSmithKline (GSK ), Novartis, Baxter, Sanofi Pasteur, et a reçu des propositions du laboratoire GSK de 20 millions de doses de vaccins pour la somme de 7.3 Euros la doses alors que Novartis a proposé 10 millions de doses pour le prix unitaire de 4 Euros, Sanofi Pasteur a de son côté proposé 28 millions de doses à 6 euros la doses. Le choix a alors été porté sur GSK et Novartis pour la qualité et le prix.
  •  
  • Ennahar/ Asma Menouar

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close