AlgérieCulture

Google célèbre le 90e anniversaire de la naissance de M’Hamed Issiakhem

Algérie – Le moteur de recherche a dédié ce dimanche 17 juin 2018 un “Google Doodle” au peintre algérien et l’un des fondateurs de la peinture moderne algérienne, M’Hamed Issiakhem.

Les internautes algériens, connectés au moteur de recherche via une adresse IP locale, peuvent apprécier un “tableau” réalisée à l’occasion du 90e anniversaire de la naissance du peintre algérien.

Le Doodle illustre un portrait de M’Hamed Issiakhem, jeune, “peint” sur un semblant de peinture  comportant également le logo, modifié à l’occasion, du géant du web.

Un peintre hors pair

M’hamed Issiakhem est un artiste-peintre. Il est né le 17 juin 1928 à Ath Djennad en Kabylie. Il a passé son enfance et son adolescence à Relizane où se sont établis ses parents alors qu’il n’avait que 3 ans. Son père était propriétaire de bains maures, notable de la ville, militant nationaliste et trésorier de la medersa de la ville. Deux de ses sœurs et un neveu meurent. Hospitalisé pendant deux ans, il est amputé du bras gauche.

M’hamed Issiakhem s’initie à l’art en fréquentant dans un premier temps la société des beaux-arts en 1947, ensuite, en 1949 il s’inscrit  à l’école des Beaux-Arts où il suit les cours du  peintre, miniaturiste et calligraphe, Mohamed Racim. En 1951, il se lie d’amitié avec Kateb Yacine.

Au cours de la même année, il expose ses premières œuvres à la galerie Morice à Paris où il rejoindra l’école des Beaux-Arts de Paris et ce, de 1955 à 1958.

En 1980, M’hamed Issiakhem reçoit à Rome le premier Simba d’Or, une distinction de l’Unesco dédiée à l’art africain, avant de s’éteindre le 1er décembre 1985, laissant derrière lui un très important patrimoine aujourd’hui conservé au musée des Beaux arts d’Alger et auquel s’ajoute les tableaux détenus par des particuliers et des proches du peintre.

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close