Economie

Grèce: creusement des inégalités, menaces sur l'Etat providence

 

Avec tous les records battus en termes de  chômage, pauvreté ou sans logis, la Grèce fait face à un creusement inédit des  inégalités sociales, la classe moyenne et l’Etat providence sortant très  affaiblis de près de quatre ans d’austérité, selon les experts interrogés par  l’AFP.    Plongée pour la sixième année consécutive dans la récession, avec une  baisse cumulée du PIB de plus de 20%, "la société grecque vit une fragmentation  inédite", souligne l’économiste Dionysis Balourdos.    La réduction des revenus résultant des coupes d’austérité appliquées sur  les salaires et les retraites et de la hausse des taxes depuis l’éclosion de la  crise de la dette en 2010 "ont rétréci la classe moyenne, qui se rapproche du  seuil de pauvreté, tandis que les pauvres deviennent encore plus pauvres, ce  qui aggrave les inégalités", explique M. Balourdos à l’AFP.    En Grèce, le taux de pauvreté a progressé à 21,4% en 2011, soit 2,3  millions de personnes gagnant moins de 60% du revenu médian, contre 20,1% en  2010, alors que la moyenne enregistrée en 2011 dans les 27 pays de l’Union  Européenne était de 16,9%, selon Eurostat.     Ces chiffres placent la Grèce dans le peloton de tête de l’UE, juste  derrière la Bulgarie (22,3% en 2011), la Roumanie (22,2%) et l’Espagne (21,8%).  Côté chômage, la Grèce enregistre le taux le plus élevé de l’UE à 27,2% en  janvier.     Un expert de l’Onu, Cephas Lumina, s’est ému la semaine dernière à Athènes  de "la hausse de la pauvreté" dans le pays, qui a désormais atteint "le taux le  plus élevé dans la zone euro" selon lui.    "Si l’on prend en considération l’inflation et les chiffres de pauvreté de  2009, plus d’un Grec sur trois, soit 38%, est déjà en dessous de ce seuil en  2012, et 43,8% des enfants (0-17 ans)", a-t-il estimé.    Depuis 2009, le nombre des sans logis a augmenté "de 25%", selon lui.    Selon une étude du centre grec de recherches sociologiques (EKKE) publiée  en 2012, dirigée par M. Balourdos, les chiffres vont "encore se détériorer  d’ici 2014".    A noter que les structures sociales en Grèce, traditionnellement  chancelantes par rapport au reste des pays européens, ont été encore plus  affaiblies par les coupes dans les dépenses publiques imposées par la politique  de rigueur.    "Les politiques excessives d’austérité sont adoptées dans un système de  protection sociale défaillant, qui actuellement ne peut absorber le choc du  chômage, des réductions des salaires et retraites", résume M. Lumina.    "Au lieu de donner la priorité à l’aide sociale, la priorité semble être  donnée à l’ajustement des finances publiques au détriment du peuple grec",  estime cet expert, en soulignant que la rigueur "mine" les droits de l’Homme  surtout "le droit au travail, à la sécurité sociale, au logement, aux services  de santé".     La Grèce n’ayant pas instauré un revenu de solidarité du type du RSA en  France, elle est privée "d’un outil social indispensable pour lutter contre  l’extrême pauvreté", relève Katerina Poutou, responsable du Réseau de lutte  contre la pauvreté.     Un débat vient de commencer en Grèce sur la fixation de ce revenu minimum,  mais pour Mme Poutou c’est "un débat biaisé".    "La Grèce a été contrainte par ses créanciers UE et FMI de baisser en 2012  le salaire minimum à 570 euros contre 730, une mesure adoptée sans d’abord  élaborer une étude sur le niveau de vie et fixer de seuil de pauvreté. Ce  salaire sera sûrement pris en compte pour fixer le revenu minimum qui sera  encore plus bas", déplore-t-elle.    Selon les dernières mesures de rigueur votées en 2012, la fixation du  salaire minimum relève désormais de l’Etat. Son montant sera gelé à 580 euros  jusqu’en 2016, et à 511 euros pour les moins de 25 ans.    Pour Nikos Georgarakis, juriste et chercheur, "même la famille  traditionnelle grecque a été touchée par la crise, car elle ne peut plus jouer son rôle de refuge" économique.    "Les inégalités pourraient conduire à une explosion sociale. Pour le  moment, le fait que les dirigeants ont su transférer la responsabilité de la  crise aux citoyens a conduit à la fragmentation de la société qui ne peut pas  agir d’une seule voix", ajoute M. Georgarakis.

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!