Monde

Grippe A H1N1: il faut poursuivre la surveillance et la prévention

  •    "La surveillance et la prévention sont les directions dans lesquelles nous devons aller à l’avenir", a indiqué Albert Osterhaus, professeur en virologie réputé de l’université de Rotterdam (Pays-Bas).
  •    "Le monde occidental était bien préparé, notre système de surveillance est bon, mais il y a des lacunes", a-t-il poursuivi, évoquant notamment les différences entre les stratégies de lutte contre le virus des 27 pays de l’Union européenne.
  •    Le virus H1N1 a été relativement peu virulent, mais "comment cela se serait-il passé si cela avait été la grippe aviaire (H5N1, beaucoup plus dangereuse)?", a demandé le Pr. Osterhaus lors d’une réunion d’information du Congrès européen de microbiologie clinique et des maladies infectieuses (CMECMI), qui rassemble 8.000 experts et se tient jusqu’à mardi à Vienne.
  •    "Mon souci, c’est que maintenant qu’on a eu cette grippe (légère), on oublie" les autres menaces telles que la grippe H5N1, a ajouté Albert Osterhaus.
  •    D’autant plus que, si l’Europe de l’Ouest est relativement bien protégée, le virus H1N1 est encore présent en Europe orientale, en Afrique de l’Ouest, certaines parties des Etats-Unis, et reviendra probablement sous forme de grippe saisonnière, prévient le Pr Osterhaus.
  •    "La prochaine étape est d’évaluer notre réaction face à la pandémie et d’en tirer les leçons" à la lueur de la menace du virus H5N1, a conclu le Pr Osterhaus.
  •    La grippe saisonnière qui suit une année de pandémie grippale est en général plus forte que les années précédentes car elle a été "renforcée par du nouveau matériel génétique", soulignent les experts de l’ECCMID, qui appellent à la "vigilance".
  •    Quelque 16.813 personnes dans le monde sont mortes après avoir contracté le virus H1N1.
  •    
  • Ennaharonline/ AFP

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close