En directAlgérie

Horaires de l’Imsak: 21 astronomes algériens fustigent Bonatiro [Document]

Algérie – 21 astronomes de rang magisral, issus de centres de recherche et d’universités algériennes et étrangères, ont fustigé les déclarations de leur confrère Loth Bonatiro sur les horaires de l’Imsak durant le mois sacré du Ramadhan.

Dans une déclaration faite à une chaîne de télévision privée, Loth Bonatiro affirmait que les horaires des prières et de l’Imsak adoptés en Algérie étaient faux.

Dans un long communiqué diffusé ce mardi, les 21 astronomes signataires rejettent les déclarations de Bonatiro et apportent leur version réaffirmant les horaires en vigueur.

 

Sur la Pseudo Controverse
Concernant les  Horaires de Prière et de l’Imsak

Pourquoi cette Controverse Mérite t-elle une Mise au Point ?
Nous présentons dans ce communiqué les raisons pour lesquelles la controverse provoquée par des déclarations de Mr. Bonatiro, concernant les  horaires de prière et de l’Imsak publiées par le Ministère des Affaires Religieuses (MAR) sont invalides scientifiquement, en plus de constituer une action irresponsable. Cette réponse est rendue nécessaire au vu de l’ampleur prise par la controverse sur la place publique et la désinformation massive qui est menée à travers des médias complaisants faisant dans le sensationnel. De plus, ces médias manquent singulièrement de professionnalisme car ils ne présentent qu’un seul point de vue sans chercher à connaitre l’opinion de l’autre partie, notamment celui de la communauté astronomique.
Certains pourraient voir en la polémique inepte déclenchée unilatéralement par Mr.Bonatiro présenté comme expert en astronomie, comme un non événement en ce mois sacré, qu’il serait même inutile de s’y immiscer, mais nous pensons qu’il n’est de notre devoir nous astronomes et astrophysiciens de différents centres de recherche, universités Algériennes et étrangères de ne  pas lui laisser le champ libre pour dévoyer l’astronomie et la science en général aux yeux du public et dénigrer les astronomes.
Nous établirons dans ce qui suit, que Mr Bonatiro à un point de vue controversé sur les sujets mentionnés et qu’il ne représente que lui même. Il est aussi notoire que ses propos ne s’appuient sur aucune étude scientifique précise et qu’il s’est gardé de produire une seule référence les supportant.

Les Règles d’Etablissement des Horaires de Prière et de l’Imsak
La table des horaires de prière et calendrier utilisés par le MAR, connu populairement sous le nom arabe de Roznama, est établie chaque année par un groupe d’experts astronomes du CRAAG (Le Centre de Recherche en Astronomie, Astrophysique et Géophysique) utilisant des règles standard de calcul. Ces règles sont les mêmes que celles utilisées depuis des décennies et elles sont consensuelles de par le monde Musulman. De plus, la Roznama sert aussi de calendrier Hégirien évolué, basé sur des critères astronomiques de visibilité du croissant (Imkaniyat Errou’ya), et non seulement sur la simple occurrence de la conjonction lunaire.
Dans ses déclarations à travers différents médias, Mr Bonatiro accuse le MAR, et à travers lui le CRAAG, de vouloir sciemment tromper les Algériens en produisant ces fausses tables en opposition avec les horaires « vraies » (Déclarations répétées sur la chaine EnnaharTV, sur BiladTV, et sur le site TSA notamment). Il prend de ce fait en otage toute la science astronomique. Il prétend de plus, ultime provocation, que ces erreurs existent depuis l’indépendance et que la faute reviendrait à un astronome « amateur » (sic) qui en a établi les règles et que nous en avons hérité aujourd’hui. Nos collègues astronomes en charge sont parfaitement compétents en la matière et toutes ces accusations sont de simples ragots sans fondement aucun ni référence, et qui en d’autres circonstances ne mériteraient même pas une réponse. Quant à ses accusations d’amateurisme pour le premier Algérien qui s’occupa d’établir les éphémérides après l’indépendance et qui est toujours vivant, elle relève de la pure calomnie.
En fait ces règles de calcul ont été établies par l’ astronome Musulman bien connu El-Birouni (Parmi d’autres). Nous parlons notamment de la règle des 18° d’élévation angulaire du Soleil sous l’horizon qui permet de calculer les horaires de la prière de l’aube (Fadjr) et donc de l’Imsak, et celle de la nuit (Isha) et qui constituent les principaux points de contention que certains gens soulèvent concernant la Roznama.

Mr. Bonatiro à un Problème avec le Monde Musulman 
La réalité des faits est que non seulement ces règles de calcul ont une continuité historique, et pour l’Algérie du moins depuis l’indépendance, mais en fait ce sont les mêmes que celles utilisées, à quelque différences près ici et là, par tous les autres pays Musulmans de par le Monde!
Il est donc clair que Mr. Bonatiro a non seulement un problème avec les horaires de prière des Algériens depuis l’indépendance, mais bien aussi avec tout le Monde Musulman!

Pourquoi les Horaires du Fadjr Apparaissent Incorrects pour Certains?

Expliquons l’origine de la confusion actuelle qui fait que même des personnes de bonne foi peuvent être induites en erreur.
L’obscurité complète, correspondant à la « disparition de la lueur crépusculaire », est définie précisément en astronomie par le crépuscule astronomique (ou aube astronomique pour le matin). Ceci se produit lorsque le Soleil se trouve en deçà de la ligne des 18° sous l’horizon et que toute illumination du ciel même indirecte a disparue, et à ce moment là sous des conditions idéales, on peut voir les étoiles les moins lumineuses. C’est le même critère utilisé aujourd’hui de par le Monde Musulman avec très peu d’exceptions.
Concernant la « preuve » apportée par Bonatiro quant à ses allégations comme quoi à la Mecque lors de la sortie de la prière du Fadjr le ciel est déjà lumineux alors que chez nous c’est toujours l’obscurité complète, en plus de ne point constituer de démonstration scientifique, elle est patentement fausse comme les visiteurs des lieux Saints peuvent facilement en témoigner.  Elle est aussi en contradiction directe avec nombre de hadiths du Prophète disant précisément le contraire, dont le fameux hadith de Sayyeda Aicha sur le sujet.
Encore une fois, tout ses dires ne sont basés sur aucune référence scientifique ni appuyés par aucune instance scientifique de par le Monde.

L’ environnement pour observer correctement les premières lueurs de l’Aube
La vraie raison pour laquelle l’obscurité règne encore lors du Fadjr est la non occurrence de conditions idéales d’observation par des observateurs casuels. En effet, seules des conditions d’observation avec horizon Est complètement dégagé, nuit sans lune, loin des agglomérations, d’absence de concentration substantielle d’aérosols dans l’air, et bien sûr des conditions météo idéales, permettent de voir cette lueur aurorale. De plus, la présence de nos jours de pollution lumineuse produit un faible halo lumineux qui diminue fortement le contraste sur la ligne d’horizon.
Quant à l’accusation portée par Mr. Bonatiro que les astronomes Algériens confondent avec leurs calculs le pseudo fadj (al-Fadjr al-kadhib) qui correspond astronomiquement parlant à la lumière zodiacale, avec le vrai Fadjr (L’aube), elle est aussi absurde que prétendre qu’une cuisinière ne saurait distinguer la semoule de la farine.
En conclusion, les horaires dans la Roznama du MAR et préparés par les astronomes du CRAAG sont établies sur de solides bases scientifiques, et utilisent les mêmes règles que celles en utilisation dans les autres pays Musulmans. Elles sont totalement fiables et ne nécessitent aucune correction ! La controverse que M. Bonatiro tente de créer de toute pièce à travers certains media et unilatéralement n’a aucune base scientifique et n’a pas lieu d’être.
Notons que Mr. Bonatiro n’en est pas à sa première controverse, mais le mode opératoire est toujours le même: déclarations fantaisistes voire fausses sur une question scientifique donnée non étayées par des références sérieuses ou des références tout court, et souvent assaisonnées de versets coraniques hors propos ou généraux dans une tentative démagogique grossière. Nous espérons que les Algériens sauront s’élever au-dessus de ces pseudo-controverses ineptes qui sont autant de distractions malvenues alors que notre pays fait face à des défis énormes, et basées sur la provocation et le sensationnalisme de personnes à l’égo démesuré. Nous espérons également que nos médias montrent plus de circonspection et de professionnalisme lorsqu’ils abordent des questions à fort impact sociétal, et certainement pour celles touchant à la pratique religieuse de nos concitoyens.

Signataires:

– Prof. Jamal Mimouni, Université Mentouri, Constantine, responsable du Master d’Astrophysique, Vice Président de l’Union Arabe d’Astronomie et des Sciences de l’Espace.
– Dr. Nassim Seghouani, Dir. de Recherche, Chef de la Division d’Astrophysique des Hautes Energies, CRAAG, Responsable du Projet de l’Observatoire National des Aurès.
– Dr. Toufik Abdelatif, astrophysique solaire, Dir. de Recherche, Ex Président du Conseil Scientifique du CRAAG, Alger
– Prof. Nidhal Guessoum, astrophysicien, American University of Sharjah, UAE, anciennement Directeur de l’Institut de Physique, Univ. de Blida
– Dr. Abderahmen Zoghbi, astrophysicien, Univ. of Michigan, USA
– Dr. Mourad Fouka, astrophysicien, CRAAG, Alger
– Dr. Yassine Damerdji, astrophysicien, CRAAG, Alger
– Dr. Naceur Bouziani, astrophysicien, CRAAG, Alger
– Dr. Khalil Daiffallah, astrophysicien, CRAAG, Alger
– Dr. Zouleikha Sahnoun, astrophysicienne, CRAAG, Alger
– Dr. Yassine Rahmani, astrophysicien, CRAAG, Alger
– Prof. Abdelghani Tebboune, Doyen de la Faculté des Sciences Exactes, USTO, Oran
– Prof. Réda Attallah, astrophysicien, Directeur de Recherche, Univ. de Annaba
– Dr. Sofiane Aoudia, astrophysicien, Univ. de Béjaia
– Prof. Bahia Si-Lakhal, astrophysicienne, Univ. de Blida
– Prof. Hacène Hachemi, responsable du Master Sciences de l’Espace, Univ. de Sétif
– Dr. Sihem Kalli, astrophysicienne, Univ. de Msila
– Prof. Zitouni Hannachi, astrophysicien, Directeur du ​Labo PTEAM, Univ. de Médéa,
– Prof. Moulay C. Chabou, astronome, Directeur de l’Institut d’Architecture et des Sciences de la Terre, Université de Sétif
– Prof. Toufik A. Mostefaoui, astrophysicien, Univ. de Béjaïa
– Prof. Noureddine Mebarki, cosmologiste, Directeur du Labo LPMPS, Univ. Constantine 1

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close