Monde

Ighilahriz: "Bigeard aurait pu libérer sa conscience avant sa mort"

  •    "Jusqu’à la dernière minute, je croyais qu’il allait reconnaître ses actes et présenter ses excuses aux Algériens", a déclaré à l’AFP Mme Ighilahriz.
  •    Le général Marcel Bigeard, grande figure des guerres d’Algérie et d’Indochine, est décédé vendredi matin à l’âge de 94 ans à son domicile en France.
  •    "Chez nous, le nom de Marcel Bigeard est synonyme de mort et de torture. il aurait pu libérer sa conscience avant de mourir. J’en suis profondément déçue, malade", a-t-elle ajouté.
  •    "Maintenant il est entre les mains de Dieu devant lequel il doit répondre de ses actes. J’espère qu’il aura le châtiment qu’il mérite", a-t-elle encore dit.
  •    Mme Ighilahriz avait relancé en 2000 le débat sur la torture pendant la guerre d’Algérie dans un témoignage recueilli par le quotidien français Le Monde.
  •    La militante indépendantiste algérienne avait révélé à cette occasion, puis dans un livre paru en 2001 ("Algérienne"), avoir été torturée à Alger par des militaires français de la 10e division parachutiste (DP), entre le 29 septembre et le 20 décembre 1957, sur le commandement de Bigeard.
  •    En juillet 2000, le général Bigeard avait déclaré que la torture était un "mal nécessaire", ajoutant qu’il s’agissait d’une "mission donnée par le pouvoir politique", mais démentant l’avoir pratiquée lui-même.
  •    
  • Ennaharonline
  •  

commentaires

commentaires

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Le contenu est protégé !!