En direct

Infrastructures de base: L'Algérie n’acceptera aucune forme de chantage

Le ministre des Travaux publics, Abdelkader Ouali, a déclaré mardi à Constantine que l’Algérie n’acceptera aucune forme de chantage, ni la prise en otage des citoyens lors de la réalisation d’infrastructures de base, à l’adresse d’un représentant de la firme brésilienne Andrade-Gutierrez.

   Intervenant sur le site du projet relatif à la réalisation des différentes voies d’accès au viaduc transrhumel Salah-Bey, et constatant l’arrêt, depuis deux mois, des travaux par l’entreprise brésilienne pour cause, notamment, de réévaluation des coûts, le ministre a signifié un délai de 10 jours maximum à la firme Andrade-Gutierrez pour donner une réponse.

   Ce projet structurant, qu’il s’agisse du viaduc ou de ses voies d’accès, représente un engagement de l’Etat, c’est pourquoi cette attitude de l’entreprise est inacceptable, a-t-il ajouté avant de demander aux responsables locaux de son secteur un point de situation complet car, a-t-il souligné, nous ne pouvons rester indifférents devant l’attente des citoyens.

  Le ministre qui a réaffirmé que l’Algérie veut le meilleur des entreprises étrangères, a exigé de ses cadres de se montrer intransigeant en matière de suivi des projets pour contrecarrer toute passivité qui viendrait à être observée.

 

 

Tags

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Close