Monde

Innocents en prison, suspects à risque libérés: WikiLeaks démonte Guantanamo

  •    Le site Internet a donné dimanche soir à plusieurs médias occidentaux, principalement des quotidiens, des documents militaires datant de 2002 à 2009 et relatifs à 704 des 779 hommes passés par la prison de Guantanamo, sur la base navale américaine de Cuba.
  •  
  •    Certains d’entre eux étaient détenus sur la foi de renseignements obtenus d’autre prisonniers atteints de maladie mentale ou jugés peu fiables par l’interrogateur lui-même, ou encore après des aveux extorqués sous la torture, selon le New York Times.
  •  
  •    D’autres étaient des homonymes d’hommes réellement recherchés. Un fermier afghan pauvre a ainsi passé deux ans à Guantanamo, à la place d’un chef de guerre taliban portant le même nom que lui.
  •  
  •    Des documents officiels publiés par le New York Times donnent une vision assez complète de l’origine de ces erreurs. Les interrogateurs étaient par exemple sommés de traquer les hommes portant une montre Casio F91W, très courante à l’époque mais utilisée par Al-Qaïda dans ses entraînements pour poser des bombes.
  •  
  •    L’absence de documents de voyage, la possession d’une calculatrice ou l’implication dans une oeuvre de charité étaient également considérés comme un aveu.
  •  
  •    Environ 380 détenus ont été très vite reconnus comme des militants sans importance. Les exemples inverses sont également nombreux. Un jeune homme assurant s’être trouvé au mauvais endroit au mauvais moment a ainsi convaincu ses interrogateurs, qui ont ensuite compris qu’ils avaient libéré Abdulhah Mehsoud, un extrémiste taliban qui a commis plusieurs attentats après sa sortie de Guantanamo.
  •  
  •    Quelque 200 détenus définis comme à "haut risque" parce qu’ils pouvaient constituer une "menace future contre les Etats-Unis ou contre les intérêts des Etats-Unis" ont été libérés ou extradés vers des pays tiers au moment où Washington était sous pression pour vider la prison, selon le New York Times.
  •  
  •    L’administration Obama a déploré la publication "malheureuse" de ces documents et s’est défendue en expliquant avoir "fait tout ce qu’elle pouvait pour agir avec le plus grand soin et la plus grande application dans le transfèrement des détenus de Guantanamo".
  •  
  •    Selon un autre document, le cerveau des attentats du 11 Septembre, Khalid Cheikh Mohammed, a affirmé à ses interrogateurs qu’Al-Qaïda avait caché une bombe nucléaire en Europe prête à être déclenchée si Oussama ben Laden était pris ou tué.
  •  
  •    Al-Qaïda réfléchissait également au recrutement d’employés de l’aéroport londonien d’Heathrow pour un attentat et avait également imaginé de verser du cyanure dans les conduites d’aération de bâtiments publics aux Etats-Unis.
  •  
  •    On apprend aussi que Ben Laden s’attendait à être tué ou capturé lors de l’offensive des Etats-Unis en Afghanistan à l’automne 2001 et avait transmis à cet effet ses pouvoirs aux talibans.
  •  
  •    Comme par le passé, WikiLeaks a fourni ces documents à plusieurs médias dont le Washington Post, El Pais, Le Monde, Der Spiegel et La Repubblica.
  •  
  •    Selon Le Monde, "nombre de mineurs se sont retrouvés à Guantanamo alors qu’ils n’avaient absolument aucun lien avec les talibans".
  •  
  •    La prison de Guantanamo accueille actuellement 172 détenus. Le gouvernement américain espère en rapatrier ou envoyer dans des pays tiers une petite centaine, en juger 33 pour "crimes de guerre" et prévoit d’en garder 48 indéfiniment derrière les barreaux sans procès.
  •  
  •    La Maison Blanche a réitéré début avril son engagement à fermer à terme la prison, malgré la décision d’y juger les cinq accusés du 11 Septembre et non devant un tribunal de droit commun à New York.
  •    
  • Ennaharonline

commentaires

commentaires

Voir plus

Articles en lien

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *